Une flaque

Publié le par Carole

Une flaque
Presque rien d'eau sur le trottoir. Une flaque. Quelques gouttes roulées sur la paume du bitume. Juste une peau de pluie légère. 
C'est si peu, c'est si mince, et pourtant c'est immense : un arbre y nage en frissonnant, un nuage y mûrit dans son ciel, un monde entier s'y tient comme au ventre vivant d'une rivière qui passe.
 
Une flaque sous nos pas. Juste un reflet qui tremble. Promesse de lumière aux nageoires fugitives. Et tant de gens pressés qui s'en vont sans savoir. Et tant de gens pressés qui piquent là-dessus l'ombre aiguë de leurs parapluies.
 
Tout reflet invite à la profondeur.
Toute profondeur est d'abord un reflet.
Il n'y faut bien souvent que l'eau légère d'une pensée.
 
Apprendre à se pencher.
 
 
 
 
 
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Tout reflet invite à la profondeur.

Tellement bien dit. j'aime.
Répondre
M
Une belle manière de nous inciter à prendre le temps de réfléchir sur le sens de nos vies!
Répondre
G
comme un miroir au sol
Répondre
Q
Une flaque toute en poésie...
Merci pour cette page, Carole.
Bises et douce journée.
Répondre
J
Miroirs instituant, les flaques d'eau jalonnent nos vies pour nous apprendre à mieux nous connaître. Ton texte est une splendeur Carole ! Douce semaine à toi. Amitiés. Joëlle
Répondre
F
rien qu'une flaque pour rendre la grandeur de ta poésie!!Merci Carole, c'est si beau de regarder la nature sous la pluie mais pas trop n'en faut (de pluie) hélas!! t'ai-je souhaité une belle années 2018? une belle santé afin que nous puissions toujours te lire!!!BISOUS FAN
Répondre
L
"C'est si peu... c'est immense". Tout est dit. Beau, touchant, léger, profond. Vrai, et juste.
Répondre
P
Bonsoir Carole,
toujours magnifique, je manque trop de temps pour être assidue mais le plaisir reste entier.
Amicalement
Anne
Répondre
A
Magnifique rêverie, magnifique poème en prose (et magnifique cliché) ! Oui, comme les mirages, il faut si peu de buée pour créer tout un monde !
Répondre
A
Pastelle m'a signalé votre photo, ce qui m'amène ici…
j'apprécie beaucoup cette photo mais aussi le texte qui l'accompagne…
Répondre
N
Méditer sous la pluie. Puis chantons, dansons sous la pluie.
Merci Carole.
Répondre
P
Mais oui il faut se pencher. Ou regarder en bas. Et s'arrêter. Tu sais si bien le faire...
Juste avant de lire ton texte j'avais eu un coup de coeur pour cette photo.
https://oeilavues.blogspot.fr/2018/01/leau-ca-reflete.html
Joli hasard de mes promenades sur le net...
Répondre
A
Ces reflets nous offrent l'opportunité de regarder la réalité sous un autre angle, l'envers du décor est souvent bien plus révélateur avec ses nuances et donne ce qui nous manque le plus: le rêve
Répondre
J
Une flaque, tout un monde à l’envers , un monde « Sans dessus dessous » un monde à la Jules Vernes où déjà il s’alarmait des catastrophes écologiques engendrées par l’activité humaine...À Nantes ce n’est pas chose étrange ... Un monde où les sens sont mis tête en bas et où le temps n’existe pas, demain ou hier qu’importe, l’imagination au rendez vous comme Jules, anticipons et voyageons. Sur une flaque nous voguons , oui vogue la galère , la « vogue » ici à Nantes n’est que « fête foraine » sur la place Louis XVI et les galères ça transportent Bois d’ébène pour l’homme blanc...
Une flaque: tout un roman!
Jules c’est marrant, un saut dans la flaque et tu retournes dans ton siècle tout retourné mais heureux: le retour vers le futur n’est que Vérité tu peux me croire: à Nantes s’est écrit dans chaque flaque d’eau. Jules et Verne se promènent main dans la main et aiment sauter dans les flaques crois moi!
Répondre
J
Ah les flaques, les gosses connaissent si bien, mieux que nous adultes qui empêchons les gosses d'y sauter à pieds joints... une flaque c'est tout un poème pour certaines grandes personnes, la preuve... merci Carole !
Répondre