Sur le chemin

Publié le par Carole

Sur le chemin
Sur mon chemin du soir, cette feuille fanée 
collée comme un timbre gris sale
sur le vélin vert frais d'une feuille vivante.
 
Le vent les balançait ensemble,
la verte encore bien verte, à peine piquée de rouille,
la grise tremblotante,
s'accrochant obstinée à cette autre moins vieille que mordillait sans hâte un hiver nonchalant,
se serrant déjà morte sur celle qui mourrait,
comme un timbre flétri qu'on aurait arraché aux lettres d'un défunt,
avant de le coller avec un soin d'avare
sur la page encore neuve d'un album endormi veillé par la poussière.
 
 
Sur mon chemin d'automne tout à l'heure
cette feuille têtue refusant de comprendre
que le temps seul écrit
ses messages de cendres
sur les pages vivantes
que de lents postiers d'ombre
aux guichets de l'oubli
envoient vers le néant.
 
Sur son chemin d'hiver
refusant de comprendre
sur mon chemin du soir
refusant 
refusant
refusant
 
comme moi
comme nous 
comme nous
tous.
 
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Suzâme 06/12/2017 16:32

Comme je ressens ton message plein de poésie. Il griffe et caresse comme le temps. Ne sommes-nous pas pareilles aux feuilles. Pourvu que nos coeurs jamais ne sèchent. Saisons passent et reviennent, dansent pour nous. Comme je refuse le temps qui s'arrête quand j'entends ce morceau grandiose et profond que je connaissais chanté par Joan Baez

JC 30/11/2017 21:21

Un régal que cette voix chaude, elle nous en ferait presque oublier les frimas de l'hiver qui arrive à grands pas ! Nos résistances ne sont pas toujours là où on les attendrait le plus ! Bonne soirée Carole. Amitiés. Joëlle

Martine 26/11/2017 00:03

Superbe!
Et quelles voix merveilleuses pour accompagner la lecture. Celle de la chanteuse et celle de l'indtrument de musique.
Merci Carole

FAN 25/11/2017 17:34

Un joli poème qui concerne tous les êtres vivant sur la planète!!! quant à l'Aria Cantilena, la première fois que je l'ai entendu c'était par Joan Baez dans les années 65!!!!!! J'adore!! Bisous Fan

Catheau 25/11/2017 16:37

"L'arbre se sauve en faisant tomber ses feuilles", disait le poète Pierre Jean Jouve. Merci, Carole, pour cette belle page si bien illustrée.

Gérard 25/11/2017 12:43

quelle belle voix tout en "cheminant" ton texte.

mansfield 24/11/2017 16:34

Magnifique poème parfaitement illustré, on regarde, on lit, on ferme les yeux, on écoute....

La Baladine 24/11/2017 11:11

La beauté profonde de tes mots, la beauté limpide du chant, la beauté tragique de la vie et la mort simplement mêlées, merci pour ce moment sublime.

Aloysia 24/11/2017 10:13

Merci pour ce bel air de Villa-Lobos... Anu Komsi le chante merveilleusement.

Quichottine 24/11/2017 09:43

La musique est magique et la voix superbe... merci pour la découverte de cette version.
Photo et mots sont magnifiques. J'ai aimé, énormément, ta page du jour.
Merci, Carole.
Bises et douce journée.

Loïc Roussain 24/11/2017 09:01

Intemporalité, et universalité ... Tempus fugit velut umbra.

almanito 24/11/2017 08:53

Notre sort à tous mais pourquoi capituler tant qu'il y aura des feuilles encore vertes et des Anu Komsi pour nous accompagner encore un peu sur le fil de cette vie que nous aimons viscéralement...

eMmA MessanA 24/11/2017 08:30

Quelle jolie parabole si bien écrite et illustrée. La vie et la mort sont intimement liées et sont sources de profonde réflexion...

jill bill 23/11/2017 00:13

Pas toutes égales dans la mort, de la verte qui fait de la résistance, de la tombée qui aime la compagnie de la vivante... parce que la mort finalement, on aimerait ne jamais connaître... ;-)