Soir jaune

Publié le par Carole

Soir jaune
Hier soir il y avait dans le ciel de chez nous une étrange lueur jaune.
Quelque chose de crépusculaire et d'épais, lumière et ombre enlacées dans le jaune d'un étrange baiser où le monde paraissait se suspendre.
Un bain d'automne où tout n'était que feuilles mortes et poussière d'horizon.
Cela a duré longtemps. Bien plus qu'un coucher de soleil. Une heure, deux heures peut-être.
 
Il paraît que c'était, au large de nos côtes, la trouble queue dragonne de cette terrible tempête Ophélia, en route maintenant vers le Nord de l'Europe, après s'être trempée dans le sable du Sahara, puis roulée dans le feu des incendies du Portugal.
 
Grains de malheur et pluies de cendres
Eclairant notre paix de leur long sourire jaune,
Pour que nous le sachions, dans ce lent crépuscule
que le malheur des uns pourrait bien être nôtre.
 
 
Les humains sont d'ici et de là,
mais le vent
 
le vent est de partout
et la Terre est la même toupie
sous les pas de tous ceux
qui tournent dans le vent.
 

 

Publié dans Nantes, Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J'ai commencé par la trouver magnifique cette lumière que tu décris si bien. Et puis ensuite terrible.
Répondre
F
Un paysage qui doit être inquiétant et insolite mais lorsque l'on pense à la nature qui a chaud ces derniers temps, le vent draine le sable avec lui jusqu'en Europe et ailleurs, il va falloir s'y habituer!!! Ta photo est très belle!!Bisous Fan
Répondre
M
Quand les tropiques s'amusent à nous prêter leurs tempêtes, ils nous font rire... jaune!
Répondre
L
on l'a eue aussi cette lueur jaune http://cafardages2.canalblog.com/archives/2017/10/17/35774107.html
Répondre
G
comme dans la chanson..s'il n'en reste qu'une je serai celle là
Répondre
H
ça vient de chez nous ce genre de tempêtes envoyées du Sahara. C'est pour permettre aux Européens de connaître ce qu'est une tempête de sable. Quand à nous, nous sommes habitués. Merci pour votre billet Carole.
Répondre
C
C'est vrai : le vent est de partout ! Et nous sommes tous frères par le vent.
P
Lumière jaune ou pas, ta photo est magnifique. Au Maroc j'ai connu même sans tempête des vents de sable qui rendaient l'air jaune et irrespirable. Et après, bonjour le ménage ! :)
Répondre
A
Que de traces sur la toile de cet étonnant phénomène, dont dans le centre évidemment nous n'avons pas été témoins ! Mais tu en tires cette fois encore un bien joli texte et une belle réflexion. Ce devait certainement être impressionnant, j'en ai vu plusieurs photographies.
Répondre
C
Si on ne peut plus sacrifier à Eole pour qu'il dirige la "route des vents", merci de nous dire avec force et poésie que nous ne sommes à l'abri de rien et que nous sommes vulnérables à l'échelle du monde.
Répondre
L
Dieu nous garde de "tourner dans le vent" dont tu as si magistralement décrit le pouvoir! Ce qui est lointain peut devenir présent, par un caprice des cieux ou du diable. Qu'Ophélia se noie à jamais dans l'océan et que sur ta route tu ne croises plus désormais que la lueur charmante des étoiles. Dont tu nous raconterais l'aventure!
Répondre
L
J'ai pensé à toi, hier soir, en regardant la mer, la brume était épaisse, vaguement jaunâtre, le soleil fantômatique... Je songeais à notre fragilité. Je me suis dit que ce devait être une expérience singulière, et que peut-être tu prendrais le temps de nous la retranscrire en mots. C'est fait, et de quelle manière! Merci.
Répondre
A
Des circulations lointaines, poussières de désert, accompagnent nos teintes automnales en rendant nos ciels jaunâtres. Camille Corot serait étonné, lui qui disait sur son lit de mort : « J’ai vu en rêve des paysages avec des ciels tout roses ».
Répondre
R
Bien étrange lumière ... qui pourrait être de théâtre ou d'opéra.
Que la Nature est belle ... quand elle ne tue pas !
Répondre
E
Oui, nous avons observé le même phénomène quasi inquiétant dans notre ciel vendéen. Les chats étaient tout bizarres.
Cela m'a un peu rappelé l'ambiance de l'eclipse de 1999.
La photo de cette feuille d'or et de solitude est belle et... éloquente.
Répondre
A
Un phénomène que nous connaissons régulièrement ici sans être lié à la tragédie mais au simple caprice des vents. J'avoue que j'apprécie ces épisodes où tout le paysage devient étrange, transformé par ce sable venu de l'autre côté de la mer. Ironie de l'histoire nos journaux parlent alors de "pollution aux particules fines contenues dans ce sable"....
Répondre
J
J'avais lu que Ophélia avait ces intentions oui... on pourrait dire pas de jaloux, nous aussi, le vent est chose indomptable... se lève et meurt quelque part, mieux vaut être sur sa fin de course, merci...
Répondre
Q
Je ne l'ai pas vue, mais je l'imagine grâce à toi.
Merci Carole.
Répondre