Des pas sur le sable

Publié le par Carole

 

Trace qui n'a de poids que celui de nos ombres.
Sur le sable égrené au fléau des marées
sur le sable fuyant que sillonne le vent
trace nue du pas nu d'un déjà en allé.
Trace poussière d'instants
un à un reversés
dans
le
flacon
du temps
que retourne le vent.
Trace que tout efface. Trace de vie qui va
comme elle danserait grain de sable envolé
pour se semer encore en chacun de nos pas.
 
Trace d'humanité posée comme un chemin au fond du sablier.
 
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Carole, je viens de découvrir que vous aviez répondu à mon commentaire sur votre poème et le mien. J'aime ces échos sur la toile.
Répondre
C
Invitée par la Baladine à visiter cet espace, je m'y suis trouvée bien, et en charmante compagnie poétique.
Je reviendrai
¸¸.•*¨*• ☆
Répondre
C
Merci Célestine. Alors à bientôt !
L
Poétique illustration de cette réalité implacable: nous ne sommes que des passants, éphémères...
Répondre
J
Souvenir d'un passage éphémère mais bien présent. Belle journée Carole. Amitiés. Joëlle
Répondre
G
Serait ce les pas du marchand de sable.
Répondre
F
Des superbes pas qui, hélas, vont s'effacer avec le temps!! le sable n'aime pas les traces du temps!!Bisous Fan
Répondre
C
En écho, ce poème écrit il y a quelques années :
http://ex-libris.over-blog.com/article-j-ai-suivi-tes-pas-sur-la-plage-56222988.html
Répondre
C
Je suis allée lire. C'est très beau. Vous devriez republier ce texte.
Mon poème est très différent dans sa conception, puisque je l'ai tout entier fondé sur les deux thèmes entrecroisés de l'écoulement du sablier et des semailles précaires, mais je vois ce point commun frappant : la trace de pas, c'est la marque de l'humanité. Continuer à tracer un chemin malgré tout, dans la pleine conscience de la disparition prochaine. Après tout, le motif du chemin donne son titre à mon blog...
B
Quel beau poème humectant les traces de pas pour les faire revivre le temps d'écoulement d'un sablier. Les mots sont égrenés comme les palpitations d'un cœur pour souffler la vie; Belle journée Carole
Répondre
A
Superbe calligramme ! Je me suis amusée à le lire après l'avoir retourné. Le premier et le dernier quatrains se prêtent bien à l'exercice et reposent avec bonheur sur "le poids de nos ombres" mais telle quelle cette trace d'humanité si éphémère me ravit.
Répondre
A
Ah ! Je n'avais pas vu la forme de sablier !! Merci Carole, c'est super.
Répondre
Q
Ta page est magnifique, Carole.
Même si tu n'as pas le temps d'en créer une autre pour notre livre, celle-ci conviendrait tout à fait. :)
Répondre
Q
Un grand merci. :)
Je suis heureuse que tu puisse participer.
C
Alors je te l'offre, Quichottine !
R
Je relève avec une admiration certaine la forme de sablier donnée physiquement à votre poème.
Bravo Carole !
Répondre
A
J'aime beaucoup ce second volet, ces traces aussi éphémères que nous...
Répondre
J
Quand les estivants s'en retournent, l'indigène reprend sa plage... ,-)
Répondre
A
J'aime beaucoup, Carole. Ce rythme, ce mouvement... Un beau poème.
(je regrette le "déjà_en allé"... face à "qu'égraine-le"mais je suppose que tu n'as pas pu faire mieux, et moi non plus je ne vois pas mieux ; et puis ce "vide" face au "plein" a peut-être sa raison d'être ?)
Répondre
C
Mais le hiatus, comme "vide", en effet, me semble ici plus expressif. Il faut aussi des ruptures de rythme.
C
L'article est "parti" un peu trop vite. J'ai fait une erreur sur la date de publication. Normalement, ça part dans la nuit. Je suis en train de le terminer.