L'iceberg

Publié le par Carole

L'iceberg
C'est l'été des vacances, des bouchons, des troupeaux d'insouciance. 
Et moi, je pense à lui. De temps en temps. Pas tout le temps. Il ne faut rien exagérer, puisque c'est l'été de l'insouciance en vacances...
Mais quelquefois, quand j'ai trop chaud, ça m'arrive, je me souviens de lui. Je l'imagine, immense et solitaire, pur et glacé comme le destin.
L'iceberg.
Il est parti le 12 juillet. Quittant d'un coup sec l'Antarctique pour voir le vaste monde. On dit qu'il est l'un des plus grands de tous les temps. On dit qu'il est l'un des derniers remparts de la barrière de Larsen. Le dernier avant que soient mises à nu et à fondre les millions de tonnes d'eau douce gelée stockés sur le continent lui-même. On dit aussi que c'est effrayant, ce qui arrivera, ensuite.
 
Il y a évidemment des experts pour douter, pour se demander si la secousse qui a jeté l'iceberg sur l'océan est une conséquence avérée du réchauffement du climat, ou si peut-être... Les optimistes résistent autant qu'ils le peuvent aux pessimistes, opposant aux évidences désagréables leurs calculs byzantins et leurs courbes de Gauss aussi flatteuses que le sexe des anges.
Du trouble que produisent ces controverses dépend la continuation du monde tel que nous l'avons bâti - en oubliant de le penser. C'est pourquoi, on peut en être sûr, il ne manquera jamais d'optimistes, pour éviter aux pessimistes d'avoir vraiment raison. Jusqu'à ce que même les optimistes se noient, dans la glace fondue de leurs chiffres...
 
En tout cas, il s'en fiche bien, lui, des experts dubitatifs et de la continuation de ce monde où nous dansons et amassons sur les glaces qui fondent. Il sait ce qu'il a à faire, lui, et il avance, tranquille. S'amenuisant au fil ds jours, il passera comme un dernier message sur tous les océans du monde, suivant nonchalemment sa route d'iceberg régie par ces lois précises et inéluctables qui ont rendu inévitable, jadis, la rencontre d'un autre iceberg avec le Titanic.
Puis, quand il aura fini son grand tour, il craquera en petits icebergs, qui se briseront en morceaux de glace, qui fondront sous nos pas quand nous voudrons fuir. Alors là-bas, d'autres glaces craqueront et se mettront en route après lui. Et des peuples s'engloutiront.
 
De temps en temps, secouant ma torpeur estivale, je pense à lui. 
Bien sûr que ça ne sert à rien. Puisqu'il s'est déjà mis en route et que sa route obéit à des lois si précises qu'elles ne peuvent que le conduire au Titanic. Que les experts dubitatifs continuent à faire semblant de controverser, pendant que d'autres organisent des bouchons, des vacances, des sondages électoraux, et des algorithmes compliqués pour les cours de la Bourse.
 
Pourtant, je ne peux pas m'en empêcher : de temps en temps, je pense à lui.
Je me demande où il en est aujourd'hui. S'il a pris par l'Afrique ou par l'Australie. S'il va croiser Juan Fernandez et les chèvres de Robinson, ou s'il passera plutôt au large de Tromelin. Et quel jour il entrera de nouveau en collision avec notre grand Titanic.
J'aimerais bien qu'aux informations on nous donne chaque jour des nouvelles de sa route, plutôt que de nous ennuyer avec la politique
Bien sûr, ça n'intéresse pas grand monde, un iceberg, je sais bien. Surtout que c'est l'été de l'insouciance et des vacances. Mais je suis sûre, quand même, que de temps en temps, comme moi, d'autres que moi pensent à lui...
 

Publié dans Fables

Commenter cet article

Quichottine 14/08/2017 14:21

J'en suis certaine aussi. :)

mansfield 07/08/2017 21:33

Je pense à lui qui rafraîchit les journées caniculaires, à lui qui sans qu'on y pense est en train de modifier l'ordre du monde!

Catheau 07/08/2017 08:09

Chronique d'un déluge annoncé. Un billet alarmiste, pessimiste, lucide ?

JC 05/08/2017 19:13

Tu as raison Carole, nous devrions tous penser à lui, et exiger de ses nouvelles, seulement voilà on préfère la politique de l'autruche ! Bonne soirée à toi. Amitiés. Joëlle

La Baladine 02/08/2017 15:22

L'ONU annonce 250 millions de réfugiés climatiques d'ici 2050. La Banque Mondiale estime à 26 millions le nombre de personnes sombrant dans la misère suite à des événements climatiques extrêmes. Le tout étant dû pour 85% au réchauffement climatique accéléré.
Y penser, ça ne change effectivement rien, mais ça permet de rester conscient. Pour agir le cas échéant, si l'occasion nous en est donnée. En souhaitant que politique et diplomatie fassent basculer les esprits mortifères du bon côté...

Nounedeb 02/08/2017 09:16

Nous continuons à faire l'autruche. Climatosceptique où pas, la même catastrophe attend l'humanité. Les plus touchés parmi nous seront, comme toujours, les plus démunis, les pauvres, les damnés de la Terre. Des gêneurs - des empêcheurs de consommer en rond sans arrière-goût amer?

almanito 02/08/2017 07:59

Le sort de la planète devrait être notre seule préoccupation, on devrait en parler chaque jour dans les journaux, en faire la une partout. Mais nous ne voulons pas savoir, nous ne voulons rien changer à nos habitudes. On ne verra des mouvement de masse à l'échelle mondiale que le jour où il sera trop tard, quand "monsieur toulemonde" de la sphère occidentale sera personnellement impacté. Malheureusement l'inéluctable est déjà en marche et personne ne bouge réellement: on attend...un miracle!

jill bill 02/08/2017 01:08

Depuis la nuit des temps la terre a évolué.... changé, aspect et climat, chaque individu qui passe ici bas vit sa vie sans finalement se soucier trop d'elle, notre planète... nous restons de glace, hiver comme été et tant pis pour nous, demain... ;-)