Par la fenêtre de Monet

Publié le par Carole

Quand j'entre dans une maison inconnue, je commence toujours par regarder par la fenêtre. Le monde tel qu'on le voit de cette maison, de cette pièce, de ce morceau d'univers ; le monde entier posé dans ce cadre de verre et de bois : voilà ce que je veux voir et savoir. Voilà comment, me semble-t-il toujours, se révèlera à moi l'âme de cette maison et de ses habitants.
Car n'est-on pas toujours un peu ce que l'on voit ? Ou plutôt non : pouvons-nous être autre chose que ce que notre regard filtre lentement de ce qu'il a vu, de ce qu'il voit, de ce qu'il verra - que nul autre n'a vu, ne voit ni ne verra ? Et ce que nous appelons notre âme, n'est-ce pas, en définitivetout simplement ce regard, trouble ou pur, incertain ou profond, que nous posons - que même les aveugles posent, à leur façon subtile - par les fenêtres étroites qui nous relient au monde, sur les ombres qui passent, et les lumières qui viennent ?
 
maison de Monet à Giverny - fenêtre du salon
 
Ainsi, à Giverny, dans la maison de Monet, cette fenêtre était ouverte, comme une porte frissonnante dans son cadre de vigne vierge et de vieux bois. Comme un regard qui aurait fait fleurir la couleur dans le tremblement de feuillage de la lumière d'été. Comme un chemin tranquille s'en allant vers le ciel par l'allée du jardin.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Impressionnant ce voyage avec petite oreille. Une fênetre de rêve, une fênetre verte!
Je suis ravie de te faire découvrir votre blog alors
Merci de votre partage, ça me fait super plaisir!
Gros bisous à toi et à très vite j’espère
Répondre
M
Voir avec l'oeil du peintre, un beau moment de partage!
Répondre
B
C'est très beau ce que vous écrivez sur la fenêtre de Monet. Il les pensait comme des tableaux. J'en ai retenu l'idée - mais je suis bien loin d'y arriver, bien sûr.
Répondre
E
C'est exactement ce que j'ai ressenti à Nohant, chez mon héroine George Sand...
Votre page est très belle et Giverny un lieu magique où l'âme du peintre est bien présente....
Répondre
M
J'emmène mon petit-fils à Giverny la semaine prochaine. Il est fort jeune (pas encore 8 ans) mais j'espère qu'il pourra être sensible à la magie du lieu, à son frémissement intime. Je penserai à ton beau texte quand j'y serai.
Répondre
C
Bonne visite à vous deux ! Je pense que vous serez heureux dans ce lieu.
L
Si la fenêtre est le miroir d'une maison et de ses habitants, les yeux sont le miroir de l'âme, et sans nul doute, la vôtre est belle, pour regarder si bien...
Répondre
Q
J'adore aller là-bas... mais quel bonheur de lire ta façon de regarder ce qu'il voyait. :)
Merci, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
H
Merveilleux récit - je ne me lasserai jamais de vous lire Carole . C'est tellement beau ce que vous écrivez. Bravo
Répondre
C
Merci, Hamza. Je ne me lasserai jamais d'écrire pour des lecteurs comme vous !
A
Un contre-jour impressionniste qui semble être lui-même un tableau de l'artiste. !
Répondre
A
Tes mots aussi bien que cette superbe photo nous montrent en tout cas l' étroite empathie qui te lie au peintre et à son oeuvre, à tel point qu'au début du texte, je me demandais si tu le citais!
Répondre
J
Monet avait un cadre de vie exceptionnel... on imagine le tableau, sa vue à chaque aube nouvelle, les fenêtres avec vue sur... ont leur importance sur notre moral... ;-)
Répondre