Un sourire

Publié le par Carole

Un sourire
Je l'ai déjà photographié plusieurs fois.
Je ne peux pas m'empêcher de venir vérifier, de temps à autre, s'il est toujours là.
Le clown.
C'est un vieux clown maintenant, un vieux clown avec un vieux sourire. Un sourire de six ans... Peu de gens y parviennent, à sourire six ans durant. A sourire six ans durant derrière la grille d'une boutique désespérément close.
 
Je ne sais pas pourquoi on l'a laissé là, lorsqu'on a tourné pour la dernière fois la clé dans la serrure. Pourquoi il est resté tout seul, derrière la grille qui se rongeait de rouille, à sourire, à attendre. 
Peut-être est-ce justement à cause de son sourire. Ou alors à cause de la date sur l'affiche, marquant le temps fatal de l'échec et de la disparition, comme ces horloges qu'on arrêtait, jadis, dans la chambre des morts. Ou bien par dérision, pour narguer aussi bien la faillite que les espoirs passés. A moins que ce ne soit simplement par lassitude, parce que, dans la fatigue du déménagement, arracher cette mince affiche avait soudain semblé un effort aussi inutile qu'insurmontable. 
Toujours est-il qu'il est resté là, derrière sa grille, à nous regarder vivre, à s'effacer dans son sourire.
Chaque fois que je reviens le voir, il est un peu plus pâle, il est un peu moins rouge, il est un peu plus bleu. Et les contours de son corps se confondent de plus en plus avec la saleté qui macule la vitre cassée. Mais son sourire, lui, reste pur et bien visible, dans la courbe charnue de ses lèvres, dans l'éclat de son oeil bien ouvert. Un vrai sourire de clown, tout pailleté d'enfance et de mélancolie.
Bientôt il ne restera rien de lui. Sauf son sourire. C'est son sourire qui s'en ira le dernier. Comme celui du chat du Cheshire, son sourire restera encore quelques moments, quand il n'y aura plus rien, sur la vitre brisée, à flotter dans le vide, à faire comme si la mort n'était pas tout à fait la mort.
Comme tous les sourires de ce monde. La dernière chose à s'effacer.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Suzâme 20/06/2017 17:34

Tu rends hommage à ce clown, à son sourire qui interroge longtemps après les petits et les grands. Le clown est un personnage qui m'interroge toujours autant plus qu'il ne me fait rêver. Il fait tout exprès à l'excès et cela cache une intériorité plus triste. C'est ce que beaucoup imagine. On dirait que sa tête à l'affiche te donne rendez-vous depuis 6 ans.

les Caphys 02/06/2017 16:52

pauvre clown !

Aloysia 31/05/2017 09:47

Merveilleuse rêverie sur ce sourire qui passe par maintes couleurs pâlies, mais qui demeure...

almanito 31/05/2017 07:50

Les sourires des clowns ne s'effacent jamais tant que nous gardons des yeux d'enfants et ce sont aussi les sourires de ceux qui nous ont quittés que nous gardons en mémoire.

Richard LEJEUNE 31/05/2017 07:01

Ce que je remarque au passage, - détail certainement pas anodin -, comme "l'amour" tout récemment, ce sourire qui tant vous attire, Carole, est BLEU ...

Martine 31/05/2017 05:11

"Ou bien par dérision, pour narguer aussi bien la faillite que les espoirs passés. A moins que ce ne soit simplement par lassitude, parce que, dans la fatigue du déménagement, arracher cette mince affiche avait soudain semblé un effort aussi inutile qu'insurmontable. "

Ces deux raisons m'interpellent.
Un beau sourire, c'est magique comme ça fait du bien.
Une lecture très appréciée.
Merci Carole

Quichottine 31/05/2017 01:45

C'est ce qui reste le plus longtemps aussi dans nos souvenirs.
Je te raconterai un jour. :)
Merci pour cette magnifique page, Carole.
Passe une douce journée.

jill bill 31/05/2017 01:38

2011 je vois ça... Un sourire emprisonné derrière un rideau de fer rouillé, envers et contre tout... comme ces personnes qui malgré leur sort peu enviable mendient avec un sourire et un merci... ;-)