L'échelle - suite

Publié le par Carole

    Je l'ai revu dans le bus, tout à l'heure, l'homme qui avait trouvé l'échelle.
  Il tenait toujours, extatique, son volume de Harry Potter lorsqu'il est monté, essoufflé, alors que le chauffeur démarrait déjà.
    Il s'est assis sans regarder autour de lui, et il s'est aussitôt plongé dans sa lecture.
   Il avait cessé de suivre les lignes avec son morceau de papier, les mots n'avaient plus qu'à peine besoin de se poser sur ses lèvres désormais presque immobiles.
 
  Il était arrivé presque à la fin du livre. Le tas épais des feuilles déjà tournées était sous sa main gauche comme la haute pente qu'il venait de gravir. Et la liasse menue des dernières feuilles avait déjà ce parfum doux, d'automne et de regret, des lectures qu'on achève.
   Il souriait toujours. Mais il allait bientôt connaître la tristesse du mot FIN. Cette vague détresse qui saisit le lecteur, quand tout se clôt, et que l'ombre retombe sur le monde lumineux qui vivait dans les pages. Son sourire en était déjà un peu obscurci, mais il ne cédait pas. Et c'était merveilleux de le voir ainsi, prêt à affronter cette fin dont l'insupportable amertume allait l'entraîner dans un autre volume, puis dans un autre encore, dans un autre toujours, pélerin désormais inlassable de son propre chemin.
 
   Je me suis dit que je m'étais trompée, l'autre jour. Ce n'était pas sur une échelle aux barreaux de bois raides qu'il s'était engagé, mais plutôt sur un de ces vieux ponts incas sans cesse retressés et retendus au-dessus des gouffres - un de ces ponts de fibres, fragiles comme la paille, solides comme l'effort humain, qui mènent obstinément à l'autre rive.
 

El puente Q'eswachaka - capture d'écran

 

Publié dans Fables

Commenter cet article

Martine 09/12/2016 09:15

J'ai dévoré les tomes des aventures de Harry Potter. Et oui, frustration, tristesse lorsqu'arrive le mot fin sur une histoire passionnante. Gamine, je choisissais toujours un ENORME livre pour repouser cet instant là. Et ça m'arrive encore d'ailleurs. :)

Quichottine 03/12/2016 10:29

Tu décris merveilleusement bien la fin d'une lecture qu'on a aimée...
Merci pour ton regard, Carole.
Passe une douce journée.

Aloysia 03/12/2016 09:50

"Mais il allait bientôt connaître la tristesse du mot FIN. Cette vague détresse qui saisit le lecteur, quand tout se clôt, et que l'ombre retombe sur le monde lumineux qui vivait dans les pages."
Magnifique, Carole... Un pont Inca ? La fragilité de notre effort à franchir notre rêve ? Mais dans les rêve, nous sommes plus légers que plumes, rien ne peut nous arriver de bien grave...

Richard LEJEUNE 03/12/2016 09:27

Se rendre sur l'autre rive : depuis la plus haute antiquité égyptienne, notre devenir à tous.
Inéluctablement ...

almanito 03/12/2016 09:04

C'est une merveilleuse addiction qui entre dans sa vie, et manifestement il saura le consolider, son vieux pont de fibres. Je lui souhaite bon voyage dans les livres dont tu décris si bien les sentiments que l'on ressent lorsqu' hélas la dernière page arrive. Je la savoure toujours lentement pour retarder le plus possible la fin inéluctable.

jill bill 03/12/2016 02:51

Un fan de cet auteur... livre emporté comme un trésor, un voyage dans un pays imaginaire où sa vie s'arrête à cette lecture, merci Carole...