Fenêtre à la mangeoire d'oiseaux

Publié le par Carole

Fenêtre à la mangeoire d'oiseaux
  Ils m'émerveillent, ceux qui ouvrent leurs vitres, dans le gris de ce monde, comme des ailes bleues, sur des jardins d'oiseaux et des chants de bourgeons.
 
  Ils m'émerveillent, ceux qui pendent à leurs murs, tout dévorés de lèpre, d'étroits balcons de bal, pour que des fleurs en rose y dansent sur les grilles.
 
  Ils m'émerveillent, ceux qui ne veulent voir, au carreau de nuages, que l'arbre qui grandit et le jour qui picore dans la paume des feuilles.
 
 Ils m'émerveillent, ceux qui sèment en hiver, sur les murs endeuillés des grandes villes noires au crépi de misère, tous les nids du printemps.
 
  Ils m'émerveillent, ceux qui ont les yeux purs.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kri 27/11/2016 08:40

Cette fenêtre est ravissante et accueillante
J'aime les portes, fenêtres et façades ... elles sont le reflet de l'âme de l'habitant
Bon dimanche

Catheau 19/11/2016 07:37

Comme "Les fenêtres" de Baudelaire sont aussi vos" yeux purs" ouverts sur le monde.

Dominique Bouvet 18/11/2016 12:46

Bonjour, Carole.
Ils (elles) m'émerveillent celles et ceux qui ont le don des mots..

Hécate 14/11/2016 21:28

Tout est poésie...et ce texte en a le parfum de la saison qui enchante encore de ses couleurs et chants d'oiseaux. Amicalement.

JC 14/11/2016 19:52

Ces personnes là aiment la Vie de manière simple. Il faut si peu de chose pour s'émerveiller ! Bonne soirée Carole. Amitiés; Joëlle

mansfield 14/11/2016 19:40

Comme c'est bien dit, heureusement que certains gardent cette pureté comme un trésor en eux!

Loïc 14/11/2016 09:08

J'aime beaucoup, merci.

Martine 14/11/2016 03:17

je souris en lisant le com' de Pastelle. Car, ayant lu son billet, j'ai tout se suite associé ta fenêtre aux siennes. Au fil des promenades, si on ouvre les yeux, on découvre du beau, de l'insolite. Et cela donne naissance à de superbes textes tels que celui-ci.

Merci Carole
;)

Gérard 13/11/2016 18:08

Tout devient poésie chez toi même fenêtres fermées

Pastelle 13/11/2016 16:00

Ca me fait penser aux dernières fenêtres que j'ai postées, je ne sais pas si tu as vu. J'ai été émerveillée aussi, et surtout immensément curieuse. Mais je n'y ai pas vu de mangeoires pour les oiseaux. Vive ceux qui colorent la vie et se tournent vers la nature, même à leur toute petite échelle parfois. Et aussi vive ceux qui savent le voir et en parlent si bien...

almanito 13/11/2016 12:39

Il suffit de presque rien pour esquisser l'idée du bonheur. Un petit balcon de rien du tout où il se passe de si grandes choses...

Jean-Pierre Tondini 13/11/2016 11:42

Le regard peut sauver. Merci Carole.

Aloysia 13/11/2016 11:00

Et moi, ce sont tes poèmes qui m'émerveillent....

Livia 13/11/2016 10:43

Ils m'émerveillent aussi, je n'aurai jamais pensé mettre des fleurs sur ce tout petit balcon. Mais ils avaient raison, car c'est très joli!

Quichottine 13/11/2016 10:27

Ils m'émerveillent aussi...
Magnifique page, Carole !
Merci.

FAN 13/11/2016 09:40

Mini balcon défraîchi mais maxi merveilles pour un semblant d'Eden!!! Emouvant!!!Bisous Fan

Richard LEJEUNE 13/11/2016 08:47

Petits coins d'un certain paradis terrestre, immensément nécessaires ...

Alain 13/11/2016 08:25

J'ai connu cela. Même sur un balcon, l'homme a besoin de verdure, d'oiseaux, de nature. La nature a-t-elle besoin de lui ?

jill bill 13/11/2016 03:10

Surtout en appartement l'homme a besoin de nature, alors son balcon se pare de pot, jardinière voire nichoir avec casse-croute pour improbable mésange... ;-)