Expression

Publié le par Carole

Expression
Cette fois c'est sûr et je le sais.
Qu'on nous l'a condamnée la maison d'autrefois.
Sur le portail de fer j'ai lu le grand faire-part.
Alors c'est vrai c'est donc bien vrai.
Que c'est permis que c'est possible. 
 
De démolir d'un coup de croc
le cerisier trapu et le prunier aigu
les rires des jeunes filles et les pleurs de l'enfant
le grand perron de pierre qui mène à la cuisine comme il irait au ciel
et la cave profonde qui glisse vers la peur
les cheveux noirs et bleus de ma jeune grand-mère 
et le linge bien blanc qui sèche dans le vent
la ronde du poisson les signes de la main
de mon grand-père là-bas sur le quai de la gare
et la balançoire folle qui fait le tour des heures
et tant de nuits bercées par le fracas des trains qu'on n'entend même plus
mais qui s'en vont au loin emportant notre vie.
 
C'est vrai que c'est permis ?
Est-ce que c'est bien possible 
De mordre dévorer
la tendre joue des jours
de douceur et d'amour.
De mâcher sans démordre
d'une sombre bouchée
les joies les bavardages
et les pleurs les disputes
qui se pendaient aux rires
comme l'ombre aux jardins
grandis dans le soleil 
 
Ragoût de bulldozer,
consommé de poussière.
Permis. C'est donc permis.
Permis de démolir.
De tout saisir en ruines dans les mâchoires du temps.
Expression
En approchant plus près, au fond de la boîte aux lettres éventrée crucifiée, j'ai aperçu un mot, rouge et couché dans l'ombre :
"Expression"
Expression ?
Expression. Je demande la parole. Expression, votre Honneur.
Qu'avez-vous donc à dire ? l'affaire est entendue. Mais nous vous écoutons.
Rien d'autre à exprimer, à dire et à écrire, à redire à récrire, que cette plainte, sans cesse enregistrée, et jamais prise en compte,
mon témoignage indéfectible
ma déposition inlassable
contre le temps, 
ce tueur dément,
contre le temps,
ce loup voyou,
contre le temps,
ce vieux filou.
Expression

Publié dans Enfance

Commenter cet article

suzâme 24/11/2015 20:15

Emouvant, déchirant ton texte qui est autant un constat qu'un cri d'impuissance. Démolir une maison qui incarnait l'enfance, c'est assassiner l'âme d'une maison et laisser une peine incommensurable aux êtres encore vivants qui l'ont habitée. Je te comprends et je compatis. Suzâme

Jonas D. 07/11/2015 11:30

Oui, chère Carole, tout ceci est permis, et tant de choses encore qui quotidiennement vives dans nos récepteurs TV. Il y a même un permis pour démolir la mémoire. Jonas

Catheau 03/11/2015 14:14

Une déposition implacable contre les promoteurs-tueurs.

dominique 03/11/2015 13:46

Bonjour Carole. C'est très émouvant. Devant des ruines de maisons, des vieilles choses abandonnées chez des brocanteurs, j'ai souvent du mal à occulter que tout cela représente des vies. Des joies, des peines. La vie.

mansfield 03/11/2015 12:45

Cela veut dire aussi que le temps passe sur nous et nous arrache un peu de passé chaque jour si bien qu'à la fin, il ne reste de nous et de nos proches que mots et photos hélas! Ah poussière...

zadddie-lllelie 03/11/2015 11:51

c'est une maison familiale ( la tienne de famille) n'est ce pas? il me semble reconnaitre le jardin..

zadddie-lllelie 03/11/2015 11:52

bah je descends dans les commentaires et j'ai ma réponse..

Aredius44 02/11/2015 14:31

excuses...."ont pu constater"

Aredius44 02/11/2015 14:30

A Nantes, c'est bombardement quotidien. On rêve de devenir gros comme une ville chinoise. Big is beautiful. "On" pense même que les touristes du monde vont venir voir nos nouveaux immeubles ! ridicule. Avez-vous un jour mené un étranger en visite dans notre région à la Baule ? il vous dira qu'il y a bien mieux dans le genre sur la côte espagnole et un peu partout dans le monde.
Et il faut que tout ça soit accompagné de termes "bios" "écolos" ingliches avec même un peu de latin.
Quant au durable c'est de l'escroquerie. Avez-vous vu ces immeubles au bout de 10 ans ?

http://lefenetrou.blogspot.fr/2014/10/gohards-doulon-les-projets-durbanismes.html

http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/10/winter-is-coming-et-la-connerie-aussi.html
http://lefenetrou.blogspot.fr/2015/10/luniversite-frangliche-cest-chic-tic-et.html


Ceux qui ont visité la Bavière on peut constater la différence de comportement en matière immobilière.

Félicitations pour ce poème

Carole 02/11/2015 16:52

En fait la maison se situe à Blois, ville dont je suis originaire. C'est la SNCF elle-même qui l'a vendue, je suppose, puisque c'était le logement de fonction de mon grand-père.
Mais sinon, je pense comme vous que la plupart de nos immeubles néo-durables nantais seront vite démolis. Beaucoup sont déjà d'ailleurs des néo-ruines sur l'Ile de Nantes. Cela doit faire partie du plan dès le départ, en fait. On reconstruira, selon d'autres modes à venir, quand les locataires (et les toitures) auront pris la fuite.
La Baule, c'est une baie merveilleuse, bétonnée durablement quant à elle. Cela fend le coeur.
Quant à la Bavière, je ne sais pas. Je pense qu'en Allemagne il n'y a pas de pression démographique du tout, donc que la promotion immobilière se porte moins bien qu'en France : une chance pour les paysages.

Pascal 01/11/2015 22:43

Permis de démolir
pour reconstruire la vie
et que le rire des enfants résonnent a nouveaux

cathycat33 01/11/2015 20:34

Ah l'assassin ! ai-je envie de crier à chaque fois que je vois un permis de démolir (et chez moi ils se multiplient...)Les pavillons laissent place à des immeubles. Comme a dit le maire lors d'un conseil de quartier, la mairie ne peut pas racheter tous les terrains et les propriétaires sont bien contents de trouver acquéreur même si ceux-ci sont des promoteurs... Ce n'est pas faux mais voir des maisons pleines d'histoires disparaître en à peine demi-journée me désole à chaque fois... Bisous et belle soirée à toi.

hamza 01/11/2015 19:55

C'est triste - J'ai de l'émotion et cela me rappelle la maison de mes Parents qui n'a pas été démolie suite à un permis de démolir. Par contre elle est démolie par le temps. Au fil des jours,des mois, des ans elle subit le temps. Construite en pierre et en toub voila déjà soixante cinq longues années et elle résiste péniblement. Ses propriétaire ne sont plus de ce monde et personne ne se préoccupe mais j'y tiens à cette vieille maison sans confort qui me rappelle des souvenirs. J'y vais souvent pour me ressourcer. Ton récit est merveilleux. Hamza

Carole 01/11/2015 20:04

Elle résiste. Comme les souvenirs, qu'aucun permis de démolir ne pourra broyer, tant que nous les ferons vivre en nous.
Merci Hamza, pour ce beau commentaire !

hamza 01/11/2015 19:55

C'est triste - J'ai de l'émotion et cela me rappelle la maison de mes Parents qui n'a pas été démolie suite à un permis de démolir. Par contre elle est démolie par le temps. Au fil des jours,des mois, des ans elle subit le temps. Construite en pierre et en toub voila déjà soixante cinq longues années et elle résiste péniblement. Ses propriétaire ne sont plus de ce monde et personne ne se préoccupe mais j'y tiens à cette vieille maison sans confort qui me rappelle des souvenirs. J'y vais souvent pour me ressourcer. Ton récit est merveilleux. Hamza

Aloysia 01/11/2015 11:51

On ne peut supporter sans souffrir de voir la vérité ; rien n'est démoli par personne, mais tout passe et tout se transforme.

flipperine 01/11/2015 11:44

c'est bien triste de voir disparaître une maison à qui l'on tient

FAN 01/11/2015 11:13

Quelle vilaine nouvelle!!pourtant, cette maison semble encore si belle et son jardin fleuri! C'est horrible et l'on ne sait pas pourquoi ! Heureusement que tes mots qui nous émeuvent lui rend un bel hommage de souvenirs joyeux! BISOUS FAN

almanito 01/11/2015 10:09

Triste faire-part pour une si jolie petite maison. J'en ai le coeur serré. Celle de mes parents a été engloutie par
une bretelle d'autoroute...parfois il vaut mieux ne pas fouiller dans ses souvenirs sur google map...

Quichottine 01/11/2015 10:00

Tristesse de voir s'envoler les souvenirs...
Un jour, je suis passée dans l'impasse où j'avais passé une partie de mon enfance. Elle était devenue rue, avait modifié son apparence.
Le grand porche qui fermait la cour de l'immeuble avait disparu, remplacé par un autre immeuble, laid et terne. Il abritait des bureaux.
Qui saurait désormais les rires des enfants qui vivaient à l'abri de ce porche de bois ?
Qui saurait ?
Je n'y suis plus jamais retournée.
Ton récit est très beau. Il m'a beaucoup émue.

Livia 01/11/2015 09:16

Notre maison fut autrefois démolie, je n'étais qu'une gamine alors et l'appel de la nouveauté, m'avait permis de supporter allègrement ce sacrilège, mais quand je suis repassé par cette rue Gambetta et que j'ai vu l'imposant lycée à la place de notre vieille maison, cela m'a fait un grand coup dans le coeur... Alors je comprends ta peine quand à la démolition de ta maison Bon dimanche

JC 01/11/2015 08:57

Tes mots Carole, permettront à cette maison et à tes souvenirs d'être éternels. Tu as l'art de défendre les causes désespérées. Bon dimanche. Amitiés; Joëlle

jill bill 01/11/2015 03:37

Elle n'a pas l'air d'une ruine pourtant... elle aurait pu encore abriter une famille heureuse.... si tu y a vécu, connu, je comprends ton émotion, la maison de mon enfant fut démolie un jour aussi, place à une petite villa...

kprice 01/11/2015 02:18

C'est triste de démolir de tels souvenirs d'un coup de bulldozer.
Je ne sais pas si c'est du vécu ou sorti de ton imagination, mais on ressent une très forte émotion en lisant tes mots.
Bises et bonne journée ... dommage, elle est pourtant belle cette petite maison ... suffit de lui remettre une jolie boite aux lettres.