Photo de mariage

Publié le par Carole

Photo de mariage
Que l'on regarde au loin, cheveux au vent, l'avenir qui s'en vient, pour un cliché d'éternité que le temps ternira, ou qu'on fixe le bout de ses pieds, tout nu sur le rivage, c'est toujours et sans fin la même histoire : il n'y a en ce monde que des mondes, des millions et des milliards de mondes, qui, posés côte à côte dans leurs bulles d'écume, ne se rencontrent pas
- on pourrait en pleurer si souvent
qu'il est bon quelquefois d'en sourire.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
J'aime beaucoup BEAUCOUP cette photo.
Répondre
L
Nous sommes tous des étrangers, qui quelquefois se croisent et s'apprécient. Et souvent s'ignorent. Ta photo à elle seule dit tout cela. Mieux vaut en sourire, chère Carole.
Lorraine
Répondre
J
Superbe pensée sur ces mondes parallèles par lesquels toutes et tous vivons notre histoire, identique et différente. Ce couple assiste peut-être, au loin, à son naufrage et à son salut. Jonas
Répondre
G
Les légendes ne doivent pas manquer en voyant cette photo et pourtant je n'en trouve pas . Bon coup d’œil de ta part cependant.
Répondre
C
"S"aimer, c'est regarder ensemble dans la même direction..." mais celle qui est en blanc et qui regarde loin finira (sans doute) aussi par regarder ses pieds.
Répondre
C
On ne saurait mieux dire ! Merci beaucoup, Catheau.
F
des mariés qui aiment la mer
Répondre
F
des mariés qui aiment la mer
Répondre
Q
Tu as tout à fait raison...
J'aime la façon dont tu l'écris. :)
Passe une belle journée Carole.
Répondre
A
Pourquoi en pleurer, alors que l'on sait que c'est du bidon ?...
Répondre
C
Du bidon, c'est le cas de le dire - et d'en sourire.
N
Ronron
Répondre
M
Quel cliché formidable! Quel contraste entre le maillot et la robe longue; entre le regard perdu au loin et le regard posé au pied.
J'aime être étonnée à chacune de mes visites chez toi. Tu as l'art de susciter tant d'émotions diverses.

Merci Carole
Répondre
L
Ou es-tu tendre mari ?
Demain, je te raconterai ma journée ...
J'ai fait un rêve, il a duré l'éternité
Répondre
C
Merci, Libellule, pour ces vers qui s'envolent.
C
La photo est formidable! Les mots caracolent ensuite, entre humour et lucidité, dans l'écume du temps. Ton regard est aussi acéré que ta plume et aussi généreux, il sait offrir à contempler et à réfléchir.
Je suis ravie de retrouver tes écrits, les évènements de cette année (opération des nerfs de la tête et aggravation de ma pathologie ensuite...) ne m'ont pas permis de venir sur la blogosphère comme je le souhaitais), je passe doucement.
Belle soirée Carole
Cendrine
Répondre
Z
Humour!
ps la tienne de photo de mariage serait "vendable" sans cette nageuse..
Répondre
M
Tout regard est subjectivité dans la réflexion. La tienne est noble, humaniste et très belle!
Répondre
H
Et il y a le regard qui essaie de capter ces regards. Et il y a l'âme poète qui les embrasse tous pour les déposer sur le rivage de nos imaginations.

Hélène*
Répondre
J
Ah ils se sont mouillés ces deux-là... des mondes dans un monde c'est tout à fait cela... ;-)
Répondre