Ecume et roche

Publié le par Carole

Ecume et roche
Poetry must be new as foam, and as old as the rock.
(R.W. Emerson, 1845)
 
 
Voilà une belle maxime oubliée, à méditer, et certainement à élargir, au-delà de la poésie, à tout ce qu'on aimerait appeler "art".
Ecume neuve et vieux rocher. Roches solides et délicate écume.
S'en souvenir, toujours. S'écarter des bougons rocailleux qui s'accrochent aux rochers du passé comme des huîtres creuses. Echapper au culte fanatique du Nouveau, qui fait de tant d'artistes, aujourd'hui, ces acrobates étranges qu'on voit glisser de la crête des vagues jusqu'à l'évier du néant, dans le froissement d'eau sale de l'indifférence crasse ou des dollars entassés.
 
Ecume et roc.
Roc et écume. 
 
Friselis de la vie sur le socle du temps.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Que la vie préserve notre complicité avec elle et que notre perception reste en éveil!
Répondre
J
Bien dit. Jonas.
Répondre
Z
bel article!
Répondre
F
de beaux mots
Répondre
M
Nous connaissons pourtant de grands artistes qui ont créé dans l'excès. Le premier nom qui me vient à l'esprit est celui de Van Gogh.
Répondre
M
le blanc scintillement de la mer s'est élevé dans le ciel et le poème qu' Emerson t'inspire est riche en métaphores et très beau.
Répondre
C
Un subtil et fragile équilibre dont tout poète est en quête.
Répondre
M
Joli, poésie novatrice, poésie socle, poésie source de vie!
Répondre
T
Merci pour ce beau poème en prose. Mer éternelle et renouvelée chaque jour ...
LOIC
Répondre
A
C'est le Cap de la Chèvre sur ta photo ??
Tout ce qui "mousse" n'est pas d'or, mais en reste l'écume.
Répondre
C
L'île de Wight.
L
L'art aujourd'hui, à mon avis, n'existe plus. Les soit disant artistes, sont nuls et comme tu le dis, tombe bien vite dans "l'évier du néant"!
Belle journée bises
Répondre
Q
J'aime bien le rapprochement que tu fais...
J'avoue ne pas toujours comprendre ce qu'on appelle "art" aujourd'hui... j'ai l'impression que les artistes se moquent de nous.
Mais bon, ce n'est sans doute pas à généraliser.
Passe une douce journée Carole.
Répondre
T
"Vanités et dollars" ... Je n'ose pas croire que ce soit la seule piste que notre humanité a adoptée...
Répondre
A
Le "Nouveau" ne résistera pas au temps,il disparaitra aussi absurdement qu'il est venu sans doute...
Répondre
R
Et pour ne prendre ces paroles qu'au pied de la lettre, j'ajouterais que de nos jours - Mallarmé ayant donné le ton, oserais-je même avancer -, la poésie, parce qu'elle veut "faire du neuf", emprunte des voies qui s'approchent bien trop de l'abscons ...

Mais ceci, constituant un autre débat, n'engage évidemment que ma propre sensibilité !
Répondre
C
Pas Mallarmé, car il semait sur la "vieille roche" sa belle "écume" insaisissable. Mais après lui a commencé l'"enfer du nouveau à tout prix", qui a fait bien des victimes.
J
Je ne connaissais pas cette maxime... garder ses traditions mais savoir accepter les choses nouvelles aussi... ces dernières de nos jours très envahissante comme la marée haute sur le sable... merci... JB
Répondre