Point d'interrogation

Publié le par Carole

Au château de la Brède, où vécut Montesquieu, chaque porte a sa devise, chaque porte indique un chemin différent de la pensée, du désir ou de la vie quotidienne. 
Car la vérité n'appartient qu'à celui qui n'en néglige aucun, mais sait aller de l'un à l'autre, et d'ici à là-bas, et d'ailleurs à partout.
Ainsi, par cette porte, il s'en venait, continuellement, à sa bibliothèque.
Assidue Veniebat - Il venait continuellement

Assidue Veniebat - Il venait continuellement

O Rus, Quando te aspiciam ? Ô campagne, quand te verrai-je ?

O Rus, Quando te aspiciam ? Ô campagne, quand te verrai-je ?

Et par cette autre, il s'en allait, vers les Lumières et vers Paris,
en cheminant encore dans ses terres et ses vignes.
 
Il aimait mettre des mots sur sa vie, il ne vivait vraiment qu'au carrefour des mots, et de lui-même il parlait au passé.
En cela il était véritablement écrivain.
Et cela m'a enchantée.
Mais ce qui m'a plu encore bien davantage, c'est la question de l'arbre, à la dernière porte, qui menait hors du parc :
 
Point d'interrogation
Qui donc l'avait posé là, au moment de partir, ce grand point d'interrogation mûrissant sur l'écorce ?
Quel visiteur malicieux, quel promeneur philosophe ?
N'était-ce pas plutôt lui-même, le maître de la Brède, qui l'avait charbonné pour nous tous, ce vrai mot de sagesse, toujours vivant et toujours en chemin
?

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cendrine 02/09/2015 20:25

Ces portes successives sont autant de bouches de lumière et d'ombre, de mondes réels et de mandorles d'imagination. Merci pour cette très belle évocation. Cendrine

Quichottine 30/08/2015 14:51

Je ne sais pas...
Mais je me dis souvent qu'il faudra que je relise un peu de ces mots-là. :)

Merci pour ce partage, Carole.

zadddie-lllelie 29/08/2015 12:51

c'est vraiment un délice de te lire..

Gérard 27/08/2015 22:40

je reconnais qu'il y a de quoi s'interroger

almanito 27/08/2015 19:28

Le début de la sagesse peut-être, ce point d'interrogation...

Aredius 27/08/2015 18:28

Après Montesquieu, j'attends Montaigne, facile à se souvenir de l'adresse ... c'est à St-Michel-de-Montaigne, en Dordogne pourpre. Ma vigneronne favorite est tout à côté.

Vale

Nounedeb 27/08/2015 18:00

Ronron.

Lorraine 27/08/2015 17:40

Tu a glané les mots de la sagesse au château de la Brède, chère Carole.Et tu as ouvert en nous des questionnements qui nous attardent devant ces portes au langage de vérité. L'écorce a gardé jusqu'à nous le point d'interrogation. Il me plaît, comme toi, de croire que Montesquieu lui-même le charbonna , sachant qu'il n'aurait jamais de réponse...

flipperine 27/08/2015 16:27

un arbre qui garde son mystère

JC 27/08/2015 15:55

Éternelle question que sera la vie humaine. Un beau dédale qui doit laisser songeur plus d'un visiteur ! Bonne soirée. Amitiés. Joëlle

Aloysia 27/08/2015 10:17

Merci de nous avoir retranscrit les phrases latines que je n'aurais su déchiffrer, et de nous avoir expliqué que Montesquieu lui même les avait fait graver, se mettant à la 3e personne et à l'imparfait... Mais c'est tout de même une façon de se mettre en scène qui le fait exister encore maintenant pour nous ; à moins que le superbe point d'interrogation posé à l'approche de la rue contemporaine ne nous permettre de nous demander si, réellement, il y a jamais eu un "Montesquieu" ... !

jill bill 27/08/2015 04:12

En effet... côté portes au château, sur l'arbre tout un programme que ce ?.... merci Carole