Une histoire de violon

Publié le par Carole

Une histoire de violon
Juste une petite histoire, aujourd'hui, que j'ai lue ce matin dans le journal local.
Une histoire de violon.
Ici, à Nantes, tout le monde connaît Dinu, le vieux violoniste roumain en chapeau haut de forme et gilet pailletté. Le gentleman musicien des mendiants de la ville. Celui qui m'a toujours rappelé le baron de B*** du récit d'Hoffmann, parce qu'il joue un peu faux, mais avec tant de fougue et tant d'art qu'il nous oblige à réfléchir beaucoup à ce que ce serait, vraiment, que jouer juste, et jouer bien.
Dinu a eu bien des mésaventures, ces derniers temps. On l'a d'abord mis à l'amende. Puis il a cassé son violon.
Mais Dinu est aimé. On a fait une pétition pour lui faire ôter son amende, et une collecte pour lui racheter un violon.
Dinu est aimé, je vous l'ai dit, tellement aimé que les dames qui ont fait la collecte ont reçu bien plus d'argent qu'il n'en fallait pour acheter le petit violon tout simple que demandait Dinu. 
Alors elles ont voulu lui faire une surprise : elles ont commandé pour lui un beau, très beau violon très cher, à un luthier réputé de la ville. La Rolls-Royce des violons, comme disait le journal...  Puis elles ont apporté le violon à Dinu sur un tissu de soie dans son étui de luxe.
Seulement voilà, Dinu a été déçu. Il a râlé et ronchonné. Il ne savait pas jouer sur la Rolls Royce, lui qui ne sait pas même conduire.
Ses morceaux en morceaux accrochaient leurs lambeaux sur les cordes trop nettes, ses âpres démanchés faisaient grincer d'angoisse l'âme trop délicate du violon remarquable, et la barre d'harmonie geignait aux coups trop rudes de ses grands staccatos.
Les dames étaient désemparées. Elles ne savaient que dire.
Et nous non plus.
C'est si souvent ainsi, quand on est riche et bon. On décide pour les pauvres comme on ferait pour soi. On croit qu'ils ont si peu connu le bonheur qu'ils ne savent pas vraiment ce que c'est. Qu'il suffira de le leur apporter tout prêt, sur le plateau des préjugés. Qu'ils se mettront à table en remerciant sans retourner les chaises, dans le beau restaurant quatre étoiles où ils sont invités.
On oublie simplement de les laisser choisir. Par bonté pure on leur prend ce très peu qui leur reste accroché au coeur comme un chiendent : le vouloir. Et ils râlent, frappent du pied, se révoltent, en ont marre, les ingrats. Ce qu'ils veulent, non de non, c'est vouloir !
 

Publié dans Nantes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mansfield 31/07/2016 20:50

Jolie fable et belle leçon d'humilité!

Parisianne 30/07/2016 10:11

Il est tout aussi délicat de donner que de recevoir, dans un cas comme dans l'autre il faut manier parfaitement l'art de s'oublier, ce n'est pas simple.
Belle histoire,
Merci
Anne

JC 29/07/2016 17:21

Donner, demande autant de finesse et de délicatesse que recevoir . C'est si difficile de se mettre à la place des autres. Une belle histoire à retenir. Belle fin de semaine Carole. Amitiés. Joëlle

Nounedeb 29/07/2016 11:43

Ce pourrait être une fable. C'est la réalité. Le réalité de ce que l'on croit souvent être l'attention à l'autre. A qui donc fait-on vraiment plaisir?

hamza 28/07/2016 22:57

A travers la lecture de votre récit, j'ai pu découvrir combien est grande la bonté des Nantais et des Nantaises. Le vieux Dinu est tellement aimé qu'il nous fait découvrir toute la bonté de cette population qui s'est solidarisée en sa faveur pour lui faire ôter son amende ainsi que l'achat d'un violon. Moi homme du sud je découvre avec fierté le caractère bienveillant des gens du nord. Merci Carole. Que vivent les Nantais qui nous donnent une véritable leçon. Que vive DINU à qui je souhaite plus de faciliter à manier son violent. Je vous remercie.

Carole 28/07/2016 23:54

Oui, cela fait plaisir. D'autant, en effet, que c'est la deuxième fois qu'on lui vient collectivement en aide. C'est une figure de la ville, ce Dinu que nous entendons depuis plus de vingt ans dans nos rues. Cependant, il aurait mieux valu le laisser choisir lui-même son instrument. Lui faire confiance, en somme. L'aider... à s'aider lui-même ! Mais je sais que c'est compliqué, d'aider les gens.
Et, vous avez raison, l'essentiel dans cette histoire, c'est l'affection et la bonté.

Aloysia 28/07/2016 21:26

Difficile en effet de savoir ce qui convient pour jouer "à la tzigane" , ce ne sont certainement pas des violons Amati qui sont faits pour cela.

Gérard 28/07/2016 19:43

merci pour cette découverte Carole ..je mets de côté le lien.

almanito 28/07/2016 14:04

Ces dames avaient de bonnes intentions mais leur vie de privilégiées les gardent loin des réalités...

Mais je le connais ce Dinu, tu nous en avais déjà parlé et si tu pouvais me donner le lien de ton premier texte, j'irais le re visiter avec plaisir.

Carole 28/07/2016 14:37

Ici l'histoire de l'amende : http://www.chemindesjours.com/2015/10/etoiles.html

jill bill 28/07/2016 06:38

Eh oui, son violon à lui, son vieux machin lui allait comme un gant, l'autre.... on croit bien faire, mais... merci Carole !