Bain de soleil

Publié le par Carole

Bain de soleil
C'est au bord du Lac, près d'un très vieux château qui rougeoie dans le soir.
Par une de ces journées d'été qui finissent en splendeur de tableau, juste avant que le peintre ne tourne vers la nuit son chevalet, pour que son oeuvre dorme et rêve un autre monde.
 
L'autocar vient de s'arrêter, et ils sont descendus tous les trois.
L'homme, la femme et l'enfant.
Ils se sont approchés de l'eau. Ils se sont assis sur la rive, face au couchant, ce long poisson léger qui coule sur l'eau bleue son ventre pailleté.
On les a entendus, de loin, se parler dans une langue qu'on ne comprenait pas.
Puis l'homme s'est déshabillé, il est entré dans l'eau, et il s'est avancé, nu et brun dans son simple caleçon, vers la lumière. Il a posé sa peau sur l'écaille dorée des vagues, et lorsqu'il a commencé à nager, on a vu son corps sombre se mêler au soleil dans chacun de ses muscles.
Quand la lumière a disparu, derrière les montagnes, là-bas, il est revenu vers la rive où l'attendaient la femme et le petit enfant qu'elle berçait dans ses bras.
Il s'est rhabillé lentement dans l'ombre des rochers, et ils sont repartis tous les trois vers l'arrêt d'autocar. 
De loin, on les a entendus encore qui se parlaient dans leur langue inconnue.
Et on s'est dit que c'était surprenant, qu'ils soient venus en car simplement pour cela. Pour ce très bref bain de couchant, cette nage de lumière sur le rebord du temps.
Puis on s'est dit que non, ce n'était pas surprenant. Qu'un qui va dans le noir avec ses deux bras nus et sa sueur de pauvre veuille tremper son corps dans la dorure de l'eau qui lave chaque soir les pinceaux du vieux peintre.
Qu'une femme, un enfant, le regardent avancer, grand et fort et roussi de lumière, au centre du tableau, avant que tout, de nouveau, ne s'éteigne et se ferme, aux cahots et virages du dernier autocar.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Catheau 28/07/2016 14:51

Un bain comme un baptême. Très beau !

Quichottine 28/07/2016 10:28

C'est magnifique !
Merveilleuse image et récit qui m'a beaucoup émue. Merci pour ce bain de lumière.

Gérard 27/07/2016 11:52

Titre et contre jour se marient à merveille ,

mansfield 26/07/2016 19:16

Un beau tableau avec des mots pleins de couleurs!

Lorraine 26/07/2016 16:42

La poésie grave de ton texte nous rend témoins de ce bain de soleil rapide, comprenant comme toi qu'il est nécessaire quelquefois de sortir d'un quotidien empoussiéré, pour se ressourcer. Un quart d'heure, un humble quart d'heure, afin que s'effacent les peines de la journée, le poids du labeur et, peut-être l'incompréhension de ceux qui parlent une autre langue.

almanito 26/07/2016 08:17

J'en vois ici aussi, mais le matin très tôt, quand le soleil commence tout juste à effleurer l'eau et toujours ils nagent vers la lumière...

jill bill 26/07/2016 04:18

Quand d'autres y vont en touristes, nantis... il y a ceux-là, merci...

philae 26/07/2016 03:34

superbe