Les ombres

Publié le par Carole

Les ombres
C'était hier l'été qui n'était pas pour aujourd'hui qui ne sera pas pour demain.
Ils nous fuient, les beaux jours, comme poissons sous l'eau.
 
Feuilles mortes au printemps, la pluie vous fouette avec ses cordes, et le vent vous emporte sous ses arbres d'automne.
Tandis que nous courons après juillet sur les voies du déluge, par le chemin tortueux des orages, dans la boue des promesses défuntes. 
Les ombres
Mais moi, ce qui plus que tout me manque, 
ce n'est ni le soleil acrobate dans son ciel en maillot de lumière,
ni la danse légère des papillons d'un jour sur le somme du lézard,
ni le parfum du soir s'étirant sur le seuil dans la tiédeur des roses.
Non. Ce qui plus que tout me manque, ce sont les ombres.
Les ombres qui font le monde profond, qui remuent l'illusion et dessinent les heures sur nos pas qui s'allongent.
Les ombres, qui sont l'âme au soleil des Schlemihls que nous sommes.
Les ombres, qui ouvrent sur nos yeux leurs persiennes à mystères comme des paupières bleues.
Les ombres.
Les ombres

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Ombre ou lumière, briller ou rester dedans, paradoxe qui nous constitue si bien!
Répondre
C
Orphelin est l'homme sans ombre. Vous le dites si bien !
Répondre
L
Les ombres, dont le relief accentue la beauté des choses, adoucissent une image trop crue, modèlent en fin de compte, la lumière.
Lorraine
Répondre
Q
Ces ombres qui sous-entendent une lumière aussi...
J'aime ta fable, Carole.
Le soleil revient, les ombres aussi, dans un entre-deux dont on ne sait de quel côté il penchera.
Merci pour tout.
Passe une douce journée.
Répondre
J
Comme je comprends ce que tu exprimes là Carole ! Sans les ombres tout semble tellement uniforme ! Bonne soirée à toi. Amitiés. Joëlle
Répondre
C
Dans les ombres, il y a quelque chose de nos courants secrets, ceux qui remontent à la surface pour nous chuchoter mille et une choses à l'oreille... Le soleil est son "revers" sont la nourriture de nos corps et de nos âmes. Merci pour ce moment privilégié en quête des ombres et pour tes paroles pleines de gentillesse et d'encouragements...
Répondre
R
Superbe !
Il fallait y penser !

Et merci pour l'allusion à ce roman que je ne connaissais absolument pas ...
Répondre
A
Carole, comme tu nous fais rêver, avec ton soleil "acrobate en maillot de lumière" - ou cette photo du bonhomme à parapluie !! Mais tu as raison : sans le soleil, pas d'ombre... de même de que sans monde divin, pas d'âme... Les ombres qui sont le relief de notre vision et le signe de notre repos et de notre fraîcheur. Merci pour ce bel écrit.
Répondre
M
Que ces mots sont beaux pour décrire ce qui nous manque le plus.
Merci Carole
Répondre
A
Il est fort possible que nous ayons vendus nos ombres contre la bourse de Fortunatus...
Répondre
L
J'aimerai quand même un beau et gros soleil en or dans un ciel tout bleu, il y a si longtemps que nous n'en avons plus vu!
Belle soirée
Répondre
J
Eh oui, pas de soleil pas d'ombres... mêmes les chinoises, une météo dont on ne se sait comment noyer notre chagrin, en achetant ces oreillers par exemple, merci Carole... bien dit !
Répondre