Je ne sais pas pourquoi

Publié le par Carole

Je ne sais pas pourquoi
Je ne sais pas pourquoi
ça me rend toujours triste
de les voir s'éloigner
ceux qui semblent s'aimer
marcher vers l'horizon
dans les beaux jours si bleus
ceux qui marchent ensemble
s'en aller vers la mer
peu à peu disparaître
ceux qui ont l'air heureux.
 
Je ne sais pas pourquoi 
j'en ai le coeur serré
quand je les vois au loin
marcher sans rien savoir
ceux qui veulent être heureux
dans tout ce bleu qui tremble
tandis que leurs silhouettes 
se fondent dans la brume
tandis que leurs empreintes
s'effacent sur le sable.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mansfield 19/06/2016 17:55

Ton texte me rappelle "Les feuilles mortes" peut-être parce que lui aussi évoque l'oubli ou le refus d'oublier.

Catheau 17/06/2016 23:41

Un beau poème pour un jour de vague à l'âme.

JC 17/06/2016 14:31

Aussi forts soient les lien qui nous unissent à eux, ils sont seuls à pouvoir tracer leur chemin de vie .
J'aime beaucoup ce poème et cette photo Carole. Bonne soirée à toi. Amitiés. Joëlle

dalva 16/06/2016 21:45

J'ai regardé un petit moment la photo en la trouvant très belle et en me demandant ce que j'allais lire comme texte. Puis j'ai lu ton poème. Magnifique illustration. Il y a plein d'émotions.

Lorraine 16/06/2016 16:47

Peut-être parce que ces silhouettes qui s'éloignent concrétisent inconsciemment la fragilité de l'espoir, de l'amour, du désamour. Ils vont vers le bonheur, ils le souhaitent et parfois le bonheur est une bulle de savon. Ton très beau poème nous mène vers l'inconnu de l'existence!
Lorraine

FAN 16/06/2016 11:47

très jolie illustration un peu mélancolique! bizarrement, avec le chien qui accompagne ce couple me fait dire que cette photo est tout simplement le reflet d'une vie simple et heureuse!! Bisous Fan

Pastelle 15/06/2016 23:44

Texte et image en harmonie, superbes...

Quichottine 15/06/2016 12:41

Je ne sais pas pourquoi, mais j'aime les regarder, même si je sais que ce que j'imagine n'est pas toujours la réalité.
Merci pour cette magnifique page, Carole.
Passe une douce journée.

Nounedeb 15/06/2016 10:27

Ton cœur est mélancolique, ta vision l'est aussi. Malgré mon pessimisme, je les vois marchant vers un futur ouvert, tout bleu de leur amour.

Aloysia 15/06/2016 10:02

"Je ne sais pourquoi" est une figure de style (très belle d'ailleurs). Mais tu sais pourquoi... C'est parce que tu es le témoin, et que tu les vois partir, sans demeurer dans leurs cœurs. Eux ils vivent, ils vivent intensément l'instant avec tout ce qu'il apporte, et cela est plénitude. Toi tu ne fais que regarder, et comme tu n'es pas vivante, tu souffres ; tu souffres de t'être séparée de ta plénitude de vie.

Richard LEJEUNE 15/06/2016 09:53

Très belle illustration du vers 284 de la troisième Géorgique de Virgile, Carole.

("Sed fugit interea, fugit irreparabile tempus")

Carole 17/06/2016 00:32

Eh oui... hélas !

MD 15/06/2016 08:07

Je rejoins la réflexion d'Almanito. La vie n'est qu'un passage, le bonheur fugace. Monet aurait pu peindre cette vision des choses. Et ton poème est beau, Carole.

almanito 15/06/2016 07:47

C'est peut-être que le bonheur n'existe pas, en ce sens qu'il est fragile et surtout très fugace...

m'mamzelle Jeanne 15/06/2016 02:56

J'imagine .. je les envie.. je voudrais savoir
Ils ont peut-être eu sur moi... le même regard interrogatif

m'mamzelle Jeanne 15/06/2016 08:07

le regard interrogateur serait plus juste . excusez-moi

jill bill 15/06/2016 02:41

On croise des tas de gens, sans savoir ce qu'ils deviendront demain... eh oui ! On ne peut qu'espérer qu'ils aient une vie heureuse ensemble... ,-)