Dans le panneau

Publié le par Carole

Dans le panneau
Un panneau en maillot, allongé sur le sable au soleil des vacances, dans ce long juin d'inondations ? Absurde, n'est-ce pas, dérisoire, indécent. Ridicule. Inutile. Et tellement cigale, au pays des fourmis.
Pourtant. Je me souviens d'une comptine d'enfance :
On disait "Un, deux, trois, soleil", tout en fermant les yeux. C'était déjà l'été. Puis lorsqu'on les rouvrait, c'était toujours l'hiver, on courait comme un loup. Mais on avait encore un peu de chaud au coeur et de tendresse aux yeux.
 
Non, ça ne sert à rien de dérouler sur les pavés la plage détrempée comme un tapis volant.
Non, ça ne se peut pas d'interdire au soleil d'interdire le printemps.
Et ça n'a pas de sens d'habiller les désastres d'un bikini d'été.
On ne se bronze pas de mots, et nul dessin jamais n'empêchera les crues de passer par chez nous dans leurs barques qui tanguent.
D'accord.
 
Mais à ceux qui essaient chaque nuit de repeindre en beaux jours nos vies qui coulent à pic,
aux humbles pariétaux, aux Cidrolin d'ici qui ne renoncent pas à orner comme grottes nos villes au ras du ciel,
je tire tout de même ici mon chapeau
sous mon grand parapluie.

Car ces doux inutiles
ces tombés du panneau
cigales insubmersibles
viennent battre pour nous
de leurs ailes légères
le briquet de l'enfance
ravivant d'un sourire
la petite lueur
qui pourrait bien s'éteindre
au fond des coeurs
noyés.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Quichottine 12/06/2016 11:28

Pensées pour ceux qui ont toujours les pieds dans l'eau, pour ceux qui ont tout perdu... en espérant que ces poètes porteurs d'enfance et d'espoir arrivent à leur faire oublier, ne fusse qu'un instant, la réalité.
Superbe moment de lecture... j'ai adoré.
Merci, Carole.

Catheau 07/06/2016 15:58

En moi, en nous, un "invincible été". C'est Camus qui le disait.

Lorraine 06/06/2016 18:10

Tu as le secret des émotions enfouies, chère Carole, et ce billet est à la fois si vrai et si profond qu'on en a la gorge serrée...

mansfield 06/06/2016 17:24

Original et plein de vie, du baume sur l'été qui viendra de toute manière! Et ta manière à toi de nous rappeler que l'enfance en nous, doit nous permettre de voir les choses avec légèreté est tout simplement délicieuse!

JC 06/06/2016 09:01

L'eau ne respecte rien, pas même les sens interdits ! Heureux sont ceux qui se jouent de tout et qui égaient la vie des autres ! Belle journée à toi Carole. Amitiés. Joëlle

Aloysia 05/06/2016 17:19

J'aime ton été des yeux fermés et ton hiver de loup des yeux ouverts... !

jamadrou 05/06/2016 17:16

Un sens interdit qui donne du sens au sixième sens: celui de l'intuition d'un monde différent et meilleur.

Hélène*** 05/06/2016 15:05

Ah! Très très chère cigale! Dans ton apparente insouciance quelle grande leçon tu t'entêtes à nous donner!

jill bill 05/06/2016 14:10

Voici un sens interdit qui donne à sourire, et ton oeil qui l'a vu...

almanito 05/06/2016 12:18

Rien d'absurde ni d'inutile, bien au contraire, ils sont essentiels, vitaux, ces poètes philosophes de rues.

Dominique Bouvet 05/06/2016 11:45

"briquet de l'enfance", Quelle belle formule. J'aime beaucoup.