Une feuille

Publié le par Carole

Une feuille
Au bord de ce petit chemin boueux que j'emprunte chaque jour pour attraper mon bus, il devait y avoir des jours qu'elle attendait, patiente comme un nid, que je m'arrête un peu.
Alors ce matin, quand je me suis penchée, agacée, pour rattacher un lacet indiscipliné qui prétendait me retarder en pataugeant salement dans l'ornière, je crois qu'elle en a profité.
Car tout à coup elle a été là, devant moi, tranquille et souveraine.
Humble merveille, elle avait tout son temps, puisqu'elle était le temps, posé comme un oiseau pâli sur la branche légère, 
la feuille morte encore attachée sur la tige, veillant sur le bourgeon qui grandissait vers son été.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
c'est très beau, très poétique ( comme toujours d'ailleurs...) tes pensées, les attentions que tu portes à toutes ces petites choses. L'image est très belle, mais ( et) avec tes mots...
Répondre
H
On dirait que le bourgeon porte une cape l'aidant à s'élancer vers sa nouvelle naissance. Cette feuille, comme un ancêtre, lui rappelant la forme, le dessin du dessein à tracer sur le grand tableau de la vie.
Ces petits miracles, merveilles artistiques, semés partout sur le chemin de nos pas, me gardent sans cesse reconnaissante et joyeuse.
Répondre
G
...et pas de celles que l'on ramasse à la pelle
Répondre
F
Magnifique ce relais de l'espoir !! j'adore! cette feuille qui s'accroche encore à la sève de la vie!! Merci Carole! Bisous Fan
Répondre
J
Tu as été trouvée Carole ! Paisiblement, elle a su t'attendre ! Bonne soirée. Amitiés. Joëlle
Répondre
M
Un relais vers la vie, le passage du temps, la boucle des saisons!
Répondre
J
Bonjour Carole, voici un bel exemple qui démontre que celles et ceux qui partent veillent encore sur celles et ceux qui vont naître. JP
Répondre
N
L'ancienne, la nouvelle,
la feuille, le bourgeon...
Elle va s'en aller, il va éclore
Vie sans cesse renouvelée,
Vie éternellement.
Répondre
Q
Je suis toujours étonnée d'en voir rester longtemps sur la branche... mais tu as raison.
J'adore l'idée de ces veilles...
Merci pour ta fable, Carole.
Passe une douce soirée.
Répondre
C
La mort et la vie, indissociables ! Très beau !
Répondre
L
Merci pour ce texte et pour cette feuille si belle aussi bien qu'inerte, qui voulait se montrer à toi. Pour que tu en dises ce que toi seule pouvait en dire, Carole...
Répondre
N
Nous devrions souvent, bien plus souvent, mettre, comme toi, un genou en terre, et voir.
Répondre
A
Une merveille de douceur, de beauté, de délicatesse, de tendresse.... Merci Carole pour ce beau texte.
Répondre
R
"elle avait tout son temps, puisqu'elle était le temps," ...

Que voilà un alexandrin auquel poète avant vous, jamais, n'a souscrit.
Répondre
A
Comme une tête blanche penchée sur un berceau, elle passe le relai.
Répondre
J
Brave feuille que la mort n'a pas su emporter dans la cendre.... merci Carole !
Répondre