Cerf-volant

Publié le par Carole

Cerf-volant
Je ne connais rien de plus doux, ni rien de plus mélancolique. Sur la plage encore vide, bien avant la saison, par un frais dimanche de soleil, l'homme un peu ridicule au visage extasié qui ne regarde que le ciel. L'homme plus vraiment jeune qui joue avec le temps en ligotant le vent, ce pantin forcené, dans ses fils de nylon.
Maniant son oiseau bleu comme il guiderait un vieux rêve, l'homme toujours enfant. Le solitaire au cerf-volant.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour, j'aime beaucoup ce que vous faite à très bientôt
Pascal
http://www.avionnormandie.com
avionnormandie@gmail.com
Répondre
C
Merci beaucoup ! Qui sait si je ne m'envolerai pas un jour dans l'un de vos ULM. Il m'arrive de séjourner en Normandie.
M
L'homme, toujours enfant. Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi.

Superbe. j'aime cette évasion bleue et dansante au seuil de ma journée
Merci Carole. Que ta journée soit belle
Répondre
D
Bonjour,
Je suis venue sur ton blog i y a 2/3 jours mais je n'étais pas chez moi, je n'avais pas mon ordi, et pas moyen de laisser un commentaire sur ce billet. Mais maintenant ça y est.
Tout ce que tu racontes dans ce texte, je le ressens aussi. J'aime bien lire mon ressenti dans les mots des autres.
Répondre
M
Une qualité que tout le monde n'a pas : garder une âme d'enfant!
Répondre
F
Bravo à cette homme qui sait encore jouer avec le vent!!! il montrera à ses petit-enfants comment on peut garder son âme et son coeur purs!!!Bisous Fan
Répondre
D
"L'homme plus vraiment jeune qui joue avec le temps en ligotant le vent"
J'aime beaucoup cette image là.
Répondre
C
"Je suis comme un cerf-volant, si quelqu'un ne tient pas la bobine, je m'envole..." (Anne gavalda)
Répondre
A
Un beau poème en prose...
Répondre
M
Heureux qui comme cet homme possède toujours son âme d'enfant
Répondre
R
"L'homme toujours enfant" : l'essence même ...
Répondre
P
seul au monde
Répondre
Q
Je trouve cela sublime...
Merci pour l'image et tes mots.
Passe une douce journée.
Répondre
N
Sensation ineffable d'être seul au monde: à la fois seul sur terre, et seul au ciel. De sentir sous ses pieds le sol, et dans ses mains le vent, qu'on apprivoise?
Répondre
A
Il a tout compris, c'est pour cela que le vent existe: pour qu'on joue avec lui.
Répondre
J
Mais pourquoi pas.... ;-) j'en ai encore les sensations de l'enfance...
Répondre
H
Dimanche, je regardais très haut dans le ciel un minuscule cerf-volant, si lointain on aurait dit un insecte. Je ne voyais pas le guide, ne distinguais pas la couleur ni le fil qui le retenait en bas. Alors j'ai imaginé que c'était moi, la fée qui faisait voler ainsi un tout petit cerf ailé.

photo magnifique!
Répondre