Escaliers

Publié le par Carole

A Toi, vieil escalier, que longtemps j'ai grimpé, de palier en palier, m'arrêtant pour souffler, ahanant d'illusions, aux obscures stations de mon humble calvaire.

A Toi, vieil escalier, que longtemps j'ai grimpé, de palier en palier, m'arrêtant pour souffler, ahanant d'illusions, aux obscures stations de mon humble calvaire.

 
Je viens de lire que des savants canadiens avaient formellement établi que grimper les escaliers était un moyen presque aussi sûr de rajeunir son cerveau que d'étudier. Eh oui... selon leur très savante étude, un savetier qui, sa vie durant, escaladerait en sifflotant son maudit escalier de bois vermoulu, jusqu'au petit studio du sixième sans ascenseur que la faiblesse de ses ressources l'a contraint de louer, au lieu de se prélasser dans l'ascenseur doré qui s'envole, impérial, du hall de marbre de son voisin financier, rajeunirait son cerveau de 0,58 années par ascension de deux étages quotidiennement entreprise, soit 3 fois o,58 années qui font 1,74 ans, tandis qu'un étudiant vieilli sous le harnais rajeunirait seulement le sien de 0,95 an à chaque redoublement.
Si vous avez, comme moi, l'esprit de l'escalier, vous voici déjà tout à fait étourdi, je m'en doute. Aussi j'arrête ici ma modeste tentative de rajeunir votre cerveau par les degrés de la multiplication et les spirales vertigineuses de la grammaire et de la fable...
 
Je me suis toujours demandé qui pouvait bien imaginer de monter, en guise d'escalier - ou d'ascenseur social peut-être ces recherches insolites et frivoles où l'on se penche avec minutie et passion sur  - je cite au hasard et dans le désordre - les effets salutaires des pépins de pamplemousse relativement à la santé des poumons, l'intérêt prééminent d'ouvrir trois fois par jour ses orteils en forme d'éventail pour maintenir l'équilibre de ses vertèbres, ou le nombre de grains de sésame - à moins que ce ne soit d'ellébore - qu'il est nécessaire d'absorber à la treizième bouchée de chaque repas pour éviter la dépression... Sans doute s'agit-il seulement d'augmenter les tirages de journaux essoufflés, courant l'article pour faire grimper leurs ventes.
 
Tout de même... au fond, cette histoire d'escaliers studieux... elle n'est pas si bête, cette fois, pas si bête...
 
Grimpez, étudiez...  allégez vos misères, oubliez vos lourdeurs, méprisez vos paresses. Et chaque jour cherchez, un peu plus haut, à l'étage du dessus, ou simplement à l'entresol, l'humble effort qui élève... Vers ce qui vous appelle, vers ce qui vous grandit, hissez-vous, avancez, et grimpez. Grimpez toujours, à petits sauts ou à bonds de chamois, de marche étroite en rocher vacillant, sans jamais vous lasser, grimpez... chaque jour posez-vous, ne serait-ce qu'un peu, ne serait-ce qu'à peine, au-dessus de ce que vous étiez la veille.
Au bout du compte, sur le dernier palier ou l'ultime sommet, je ne sais pas de combien d'années votre cerveau aura rajeuni, mais vous, vous,
vous serez enfin
devenu
vous-même.

 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FAN 17/03/2016 18:08

Bizarre cette mode que les médecins nous conseillent pour rajeunir !! Se fabriquer de nouveaux neurones afin d'éviter la sénilité? d'accord pour le sport et le meilleur que l'on connaisse depuis la préhistoire, c'est la marche pas les marches!! HIHI Bisous Fan

zadddie-lllelie 16/03/2016 21:53

En fait c'est à ta conclusion qu'ils voulaient en venir mais comme comme leur laboratoire n'est qu'au premier étage...

JC 15/03/2016 11:10

Qu'il me plait ton article Carole ! Quel beau conseil tu nous donnes là ! Je crois qu'ainsi occupé, on prendrait moins de temps pour dire du mal de son prochain ! Belle journée à toi. Amitiés. Joëlle

Quichottine 14/03/2016 22:13

Sourire... j'avoue me forcer à monter les escaliers, même quand il y a un ascenseur, mais je n'avais jamais pensé à tout cela.

Merci pour ces moments partagés, Carole, j'aime beaucoup tes fables.

Dominique Bouvet 14/03/2016 16:50

Grand plaisir à vous lire. J'avais lu cette étude. Et une amie m'avait dit que c'est logique. Le fait de monter des escaliers ferait irriguer le cerveau. De là à rajeunir et à devenir soi même il n'y a que quelques paliers à franchir.. J'aime beaucoup vos textes.

Richard LEJEUNE 14/03/2016 08:50

Une fois encore de la philosophie sans avoir l'air d'y toucher ...
Remarquable !

kalalou 13/03/2016 15:24

Très jolie note. Et j'espère ne pas oublier d'ingurgiter quotidiennement, mes grains de sésame à la treizième bouchée.
En écho à ton post, je viens de publier une invitation au voyage (en escalier). Si cela peut aider à améliorer notre QI collectif :-)
Ravie de te lire
K.

Catheau 13/03/2016 12:00

Je grimpe plusieurs fois par jour les 55 marches de mon vieil escalier de bois enroulé dans sa tour de tuffeau et m'en porte bien. Merci pour cette réflexion qui nous dit que corps et esprit ne font qu'un. C'est toujours passionnant avec vous !

almanito 13/03/2016 11:14

On comprend pourquoi maintenant les collèges et lycées ont autant d'escaliers! Je grimpe une dizaine de fois par jour les 63 marches menant à mon domicile et en effet, je rajeunis à vue d'oeil. Mais j'ai l'impression qu'au fil des ans, mon propriétaire qui est un tricheur notoire rajoute des marches. Quand aux médecins, ils doivent posséder d'autres sources de jouvence car ils refusent de monter.

Aloysia 13/03/2016 11:06

Une bien jolie réflexion, savamment menée, construite et élégamment tournée comme toujours... Notre cerveau fonctionne-t-il comme un petit moteur qu'il faut faire tourner régulièrement pour ne pas qu'il se grippe ? Ou comme une pouliche qui s'ennuierait dans son enclos ? Quoi qu'il en soit, cette histoire d'escaliers est pour moi simplement une nécessité d'exercice physique au quotidien, qui a pour effet d'irriguer notre corps et nos organes en stimulant les battements cardiaques, ce qui est excellent autant pour les intestins que pour la cervelle !!

jill bill 13/03/2016 08:22

Comme c'est bien dit... et vive les escaliers, mais avec l'âge... on préfère les ascenseurs, ;-)

François Lagane 13/03/2016 03:13

Chère madame vous avez ,du moins je le pense ,entièrement raison. C'est pour cela que j'évite les ascenseurs dans la mesure du possible. Une anecdote pour vous. Je visitais souvent mon fils qui était à Lyon dans un ancien immeuble de "canuts". Il habitait au 3em étage. L'escalier était usé et raide. En bref de son époque. Au bout d'un certains temps et d'un certain nombres de visite.je lui dit alors.je comprends pas quand je monte chez toi à chaque fois les muscles de mes jambes me font mal. Il s'est mis alors à sourire. En effet .car je ne montais pas 3 étages, mais 6 étages bien raide .Les immeubles de canuts, pour leur métiers à tisser était le double de hauteur qu'un plafond normal. Conclusion :Allez à Lyon et choisissez votre vieil immeuble et vous ferez du sport.....