Paravent

Publié le par Carole

Paravent
Que l'ombre d'une fleur
sachant broder le fer
 
pose contre la rouille
son paravent de soie
 
tende son chevalet
comme un poing de beauté
 
vers le fracas de mine
du monde qui s'obstine
 
à changer l'or en mort
 
ce n'est rien qu'un détail
un frisson d'éventail
 
que repliera le vent
mais qui pourrait encore
 
nous sauver du néant.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Qui m'aurait dit avant de lire ton poème qu'un paravent renvoyait autant qu'une fenêtre la lumière, celle que quelques êtres partagent dans la vie et en poésie. A lire et à emporter dans son coeur.
Répondre
C
Alors je nous souhaite à tous de nombreux frissons d'éventail et merci pour ces beaux vers... Bisous
Répondre
M
Instant poétique qui embellit l'existence, comme tu le dis bien!
Répondre
L
Tant de délicatesse dans cette ombre de fleur pour s'opposer aux bruits infernaux des bombes et des fusils crépitants! Juste quelques mots, les tiens, chère Carole, pour nous offrir le répit d'un Noël proche, et peut-être, l'espoir.
Lorraine
Répondre
F
Belle vision d'un temps délicat comme la fleur que tu y vois!! Bisous Fan
Répondre
L
absolument sublime !
Répondre
M
Magnifique Carole!
j'ai saisi de telles ombres sur mes murs. Tes mots les accompagneront désormais.
Merci
;)
Répondre
Z
il suffit de voir pour trouver de la beauté. joli moment!
Répondre
N
la poésie et la musique peuvent sauver le monde, n'est-ce pas?
Répondre
F
de jolis mots
Répondre
A
...Et tant qu'il y aura des regards de poètes pour si bien le dire...
Répondre
Q
Magnifique !
Un reflet, une ombre, mais que de beauté.

J'aime ce sauveur inattendu.
Répondre
C
Un reflet-ombre dans votre oeil (et coeur ) d'or. Bon dimanche à vous, Carole.
Répondre
A
C'est magnifique... Tant cette photo que les réflexions qu'elle t'inspire, et l'expression que tu en apportes... "Changer l'or en mort"... Le soleil cependant éclaire le néant des choses parmi lesquelles nous évoluons, mais sa lumière, elle n'est pas néant ! Ce qui meurt, c'est l'apparence projetée sur l'or mais non pas l'or lui-même. Bon dimanche, chère Carole.
Répondre
J
Bonjour Carole... merci au soleil qui fait naître des ombres artistiques et merci à toi aussi...
Répondre