Pas de côté

Publié le par Carole

Grue Jaune - Anciens Chantiers navals de Nantes - 9-11-2015

Grue Jaune - Anciens Chantiers navals de Nantes - 9-11-2015

Tout à l'heure, on travaillait sur la Grue Jaune, redevenue machine sur les chantiers de l'île. Des ouvriers, là-bas, s'agitaient à nouveau, si haut dans les nuages, par-dessus l'estuaire, qu'ils devaient voir loin sur la mer les bateaux d'autrefois.
 
Un peu plus tard, quand j'ai passé le pont, le Belem revenu, patient sous sa mâture comme un grand cerf portant ses bois, attendait à l'attache, retrempé dans l'or frais qu'il avait bu au fleuve, aussi vaillant qu'au jour où il sortit des cales.
 
Et c'était comme si ce soir-là, le soleil en rêvant, après avoir joué sur son ancien Pleyel sa fatale ritournelle, avait osé, distrait, avant de s'en aller, un petit pas de côté,
un léger pas chassé sur la pédale douce
qui aurait fait glisser le lent clavier des heures.
Laissant vibrer
note après note
les jours d'avant.
Laissant danser
claires et vivantes
toutes les ombres 
mortes.
Le Belem, lancé à Nantes en 1896 et revenu au port - 9-11-2015

Le Belem, lancé à Nantes en 1896 et revenu au port - 9-11-2015

Publié dans Nantes

Commenter cet article

flipperine 14/11/2015 17:01

un dur métier aussi que de manier une grue

Pascal 13/11/2015 18:48

Une grue !
je croyais voir des cosmonautes entrant dans une fusée, une fusée de type tintin construite avec un mécano géant et repeinte en soleil.
Marcher les pieds sur terre et le regard dans un monde parallèle :-)

Carole 14/11/2015 17:04

Elle a un côté fusée, en effet, cette grue jaune. A moins que ce ne soit la fusée de Tintin qui ressemble à une grue ?

almanito 12/11/2015 16:18

L'espace d'un instant un éclat de lumière ressuscite le bâtiment endormi et le vieux piano se réveille comme pour illustrer le rêve. Et toi, juste à ce moment magique, tu passais...

zadddie-lllelie 12/11/2015 01:14

je m'y "sens"..! belle lumière!

Gérard 12/11/2015 00:21

Il en impose ce maitre des eaux , magnifique photo Carole.

Aloysia 11/11/2015 16:29

C'est vrai, la photo est vraiment superbe et cette vision du Belem comme un grand cerf qui s'éloigne poétiquement, d'une grande beauté.

Thérèse 11/11/2015 16:14

Grace à ce petit pas de côté le Belem continue à inspirer de tous côtés. Vos mots et vos images le prouvent.

mansfield 11/11/2015 16:10

Un bel animal rendu à son port, majestueux et poétique par tes mots, par tes photos.

Jonas D. 11/11/2015 14:08

Hissons alors ces voiles-là pour de l'Histoire faire son aventure. Jonas

Aloysia 11/11/2015 13:53

Oui, voilà ; je pensais précisément à un "pas de côté", et comme par hasard, avec une synchronicité qui me met par terre à chaque fois que je reçois ta newsletter depuis février dernier, justement, tu écris un article là-dessus... C'est Pierre Bottero (http://instants-secrets.eklablog.com/ellana-pierre-bottero-et-la-poesie-marchombre-2-a112461366) qui le premier indiqua cette idée : d'un pas de côté, on passe dans un autre monde, une autre dimension... Et nous, me disais-je, pouvons-nous vivre sur deux plans simultanément, passant de l'un à l'autre au moyen d'un simple petit "pas de côté" ?
... Mais non, comme d'habitude, il s'agit d'un beau texte, léché, policé, et que même tu as enrichi de l'idée sous-jacente d'un piano dont on effleurerait la pédale gauche...

Carole 11/11/2015 14:26

Mieux vaut garder son équilibre lorsqu'on tente "un petit pas de côté". Les deux mondes se rencontrent parfois brièvement mais ne doivent pas se mêler. C'est la loi de la vie, la "fatale ritournelle" : comme en musique, on ne peut aller que vers l'avant et aussi vers le silence donc, quand le morceau est fini.
Je ne connais pas Pierre Bottero, mais j'avais en tête un "ancien Pleyel" à queue dont la pédale gauche faisait si magiquement glisser le clavier sur les feutres, donnant l'impression d'un autre univers caché. Je vais aller voir sur ton blog.

Quichottine 11/11/2015 13:13

Un grand merci pour ce "pas de côté"... un très beau moment et ton image est splendide.

Mamilouve 11/11/2015 12:01

Admirer les grands voiliers dans le soleil du soir et leur offrir nos rêves de sédentaires pour qu'ils les emportent loin. Merci pour ce beau texte.

kprice 11/11/2015 11:10

Beaucoup de poésie dans tes mots pour décrire ton ressenti.
Le Belem et ses mâts se ferait presque timide sur son lit d'or.
Très jolie photo ... merci Carole.
Bonne journée.

Richard LEJEUNE 11/11/2015 10:19

Outre l'adéquation parfaite de vos mots à votre superbe photo ; outre que votre sujet du jour m'a invité à en savoir un peu plus en fouillant le Net, car pour moi, "Belem", se résumait essentiellement à la tour emblématique au bord du Tage, à Lisbonne, vous avez éveillé en moi, Carole, certes des connaissances historiques - Henri le Navigateur et toutes ces expéditions maritimes qui ont sillonné les mers et entre autres permis de s'ouvrir à d'autres terres ("Du monde clos à l'univers infini", pour paraphraser le titre de l'ouvrage fondamental d'Alexandre Koyré) -, mais vous avez surtout réveillé un très beau souvenir de ma plus tendre enfance quand, au mois de juillet des vacances scolaires, j'allais en vacances chez mes grands-parents maternels, au fin fond d'un petit village des Ardennes belges, pendant lesquelles mon grand-père m'invitait à venir jouer, au bord sans danger d'un étroit ru qui serpentait dans le verger, avec ce petit bateau à voiles qu'il avait dû me construire un jour et qu'il me réservait d'une année à l'autre.

J'ai oublié qui était capitaine, qui était matelot ; mais j'ai conservé en mémoire ces moments d'exception où lui et moi "naviguions" ensemble et traversions des contrées qu'il me décrivait avec la précision du cheminot qu'il était ... et que ne n'ai visitées que bien plus tard.

Mais il n'était plus là pour que je le remercie d'avoir vu tant de choses par ses yeux ...

Carole 12/11/2015 21:06

Ainsi, votre voyage se continue. Car la mémoire est un navire.

Tizef 11/11/2015 09:24

Merci pour ces mots bien choisis pour une ambiance étrange et envoutante ...
Loïc

Nounedeb 11/11/2015 08:56

Rutilante grue solaire, Belem plutôt lunaire à contre-jour, comme un cycle. un éternel retour?

michèle 11/11/2015 08:37

Quelle photo splendide!

jill bill 11/11/2015 07:17

Merci Carole... on construit des "géants" faut des petites mains pour les entretenir quant au Belem au couchant, belle photo et belle poésie en son honneur...

Martine 11/11/2015 05:28

Une personification de ce splendide navire qui me plaît beaucoup.

Quelle poésie dans tes mots!
Merci Carole