Robe de fête

Publié le par Carole

15 octobre 2015

15 octobre 2015

Dans sa vitrine en aquarium, dentelle frissonnante entre deux murs pelés, elle attendait si frêle, tout au bord de l'hiver, la petite robe de fête. 
Si tendre et si naïve près de son grand coeur rouge de fiancée Peynet,
qu'on aurait cru la voir tournoyer dans le vide, solitaire, immobile, entre ses propres bras.
Ridicule !
 
Et alors ? Et alors.
Quand on vit dans le gris, que l'amour est lépreux, que tout part en lambeaux,
c'est là qu'il nous éclaire, le grand coeur rougeoyant tournant comme un soleil.
Quand l'automne se traîne dans un dernier rayon où frissonne l'hiver,
c'est là qu'il nous la faut, la robe d'été clair, la petite robe de fête.
Pour danser ?  Pour danser. Pour danser !

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Surprenant et insolite. ! ! !
Répondre
Q
Et toute la vie, tout l'espoir est là. :)
Répondre
J
C'est au fond que les coquillages sont les plus beaux, qu'il faut s'en saisir pour les emporter à la surface, les offrir au soleil. On peut plonger en robe d'été. Jonas
Répondre
D
J'aime beaucoup beaucoup cette photo. Etonnante. Et beaucoup de beauté dans cet ensemble.
Merci pour ton texte qui lui donne un bel éclairage.
Répondre
F
Une photo tel un tableau surréaliste!! j'adore!! cette robe pleine de fraîcheur dénote la jeunesse et ce mur délabré lui suggère de profiter de la vie!! Allez on va danser!! BISOUS FAN
Répondre
Z
courage...
Répondre
C
Ce soir, je serai la plus belle pour aller danser... Carole, ou l'art de la photo-surprise !
Répondre
R
Merci pour ces précisions, Carole. C'est à mes yeux assez surréaliste, ce décor
Répondre
F
une belle petite robe
Répondre
R
Et au départ, où sommes-nous ? Sur un balcon ?
Et que signifie "Pont-bascule"; écrit à droite ?
Et que ne voit-on plus au-dessus de cette inscription ?

Que de questions pose ce cliché ...
Répondre
C
Nous sommes... sur un pont. Au dessus d'un... ancien pont à bascule. Et même au-dessus d'un café d'aujourd'hui qui s'appelle "Les copains d'abord" (autre sujet).
A
Très belle photo accompagnée de mots tout aussi beaux. Cette qualité de poésie dès le matin, malgré le noir à l'extérieur, illumine l'intérieur. On va danser...
Répondre
T
Un optimisme qui explose au milieu du rien, du sale ... Merci pour cette ambiance !
Loïc
Répondre
M
Quand tout est vieux, sale et décrépit, quand l'espoir se fait la malle, il reste le rêve pour donner des ailes à l'imagination. Je pense à "la petite fille aux allumettes". Mais non, c'est trop triste et ton regard est si pertinent, tes mots si beaux !
Répondre
M
Quel contraste fort!
Je pense à la petite danseuse de Degas.
Et ce coeur posé près d'elle comme si la maison refusait de mourir....
Répondre
G
apparition dans la grotte façon moderne
Répondre
A
Quelle surprise tout de même de voir ce socle dans un tel décor !! Tu en découvres des choses, vraiment... Oui, cela me rappelle "West Side Story" ! "I feel pretty, Oh so pretty..."
Répondre
C
Voici une référence qui me plaît bien.
M
Serait encore la petite étincelle dans son bocal, qui ne veut pas s'éteindre?
Répondre
N
Merci, Carole, de cette invitation à danser. Merci aussi à qui a eu cette idée de mise en scène. L'amour, toujours nouveau, et vieux comme le monde.
Répondre
C
Ah non pas ridicule du tout ! une grande poésie se dégage de ce contraste et de cette adorable apparition.
Répondre
J
Une petite robe ravissante qui attend sa princesse dans un endroit en décrépitude ... viendra t'elle-là... "chapeau" Carole !
Répondre
A
Les petits bonheurs jonchent les chemins de ceux qui savent et veulent bien les regarder, tu es une dénicheuse et une conteuse hors paire de petits bonheurs.
Répondre