Aki

Publié le par Carole

Parc oriental de Maulévrier - octobre 2015

Parc oriental de Maulévrier - octobre 2015

 
 
     Aki, c'est l'automne du Japon, la saison des arbres en feu, où la grande flamme de la vie allume à chaque branche la petite lanterne de bourgeons qui attendra tout l'hiver, obstinée comme un coeur sous la glace, que s'en revienne Haru, le vieux printemps aux mains d'enfant qui la délivrera.
    Existe-t-il un autre pays au monde où l'on annonce à la radio et à la télévision la venue de Kôyô, 紅葉, "Feuilles Rouges", ce voyageur aux yeux de fruits trop mûrs et au kimono craquant d'étincelles, qu'il ne faut pas manquer d'aller aussitôt visiter  sous chaque érable oscillant au vent ?
   Existe-t-il un autre pays au monde où les foules citadines s'en vont un jour d'automne, lentes et méditantes, dans les parcs et les bois, pour demander aux arbres ce que vivre veut dire ?
    Existe-t-il un autre pays au monde, où les humains viennent comme au théâtre regarder les érables danser comme des dieux, secouant leurs habits flamboyants sur leurs grands corps d'écailles, avant de passer les portes du temps, sur le reflet des ponts et les eaux tournoyantes, comme des carpes rouges ?
 

Publié dans Japonisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Ce pays ce pourrait être la Terre où chaque habitant aurait su conserver l'élan premier pour la beauté de ce monde.
Répondre
C
Merci, Carole, pour cet éloge d'un peuple amoureux de l'automne. Kawabata eût aimé !
Répondre
G
Le rouge est déjà une force flamboyante
Répondre
N
Une "flamboyante" réflexion que nous ferions bien d'avoir en effet...
Répondre
F
Ah cet automne japonisant !!Aki, pour nous assurer que la nature qui se met en sommeil, reviendra de plus belle au Printemps! Je suis plutôt d'accord avec les japonais pour aller demander aux arbres , la recette pour le bien vivre!! BISOUS FAN
Répondre
D
Oui, il y a un autre pays où l'automne est "célébré". Oh bien sur pas d'une façon aussi cérémoniale qu'au Japon. Mais ça vient sans doute du fait que le Québec n'a pas une aussi ancienne culture.
Répondre
Z
sans doute que le froid leur fait "du bien".. aux érables..je trouve celui ci magnifique..
Répondre
N
Apprendre nous aussi, à passer les portes du temps. Ressembler à ces arbres, ces frères que tu honores si bien.
Répondre
M
Ce que c'est beau . Tout: la photo, ta réflexion un peu méditative et ce poème superbe à la fin. Pas comme un point final, mais plutôt le début d'une autre réflexion...

Merci Carole
Bise amicale d'un jour qui n'est pas lumineux. ( la lumière, je viens la chercher sur les blogs)
;)
Répondre
L
Les japonais ont raison de garder intacte la culture de leur pays, culture ancestrale où l'on fête la lune, le soleil le printemps et puis l'eau, et toutes les autres fêtes du thé et bien d'autres choses encore. Ils méritaient ton coup de chapeau. Bises
Répondre
A
Magnifique... et quand on pense à tous les jardins immenses qui parsèment la grande cité de Tokyo on imagine cette beauté de "carpes rouges" que tu évoques....
Répondre
J
Une culture aiguisée à l'émotion, au respect, à la tradition. Mais, à toutes ces qualités s'opposent aussi leurs contraires. Très joli billet Carole ! Jonas
Répondre
F
un joli texte
Répondre
A
Tout à fait à l'opposé de l'image que l'on se fait du Japon moderne avec ces foules pressées et laborieuses qui se serrent dans les transports en commun. Savoir en même temps garder les traditions et fêter dans le recueillement les grands changements de la nature est certainement la marque de ce peuple sage. J'aime beaucoup ton poème qui le dit si simplement.
Répondre
J
Tout pareil au printemps, les cerisiers en fleurs rassemblent, ce peuple sait vivre et aimer sa nature, merci Carole !
Répondre