Souvenir

Publié le par Carole

Souvenir
Quelques heures, quelques minutes plus tôt, sous sa lumière d'été, il avait été si vaste, si haut, si réel et si nécessaire dans ses escaliers en lézards et ses vieilles pierres chaudes, si vivant et grouillant dans son flot de touristes.
 
Sur le chemin je me suis retournée. Je sais qu'il ne faut pas. Mais je me suis retournée.
Dans le silence et dans la brume, il n'était déjà plus au loin qu'une ombre vague, que d'autres ombres recouvraient.
Un souvenir, ai-je pensé. 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Un souvenir derrière les arbres, une pensée vite envolée, comme chaque instant de nos vies qui passent trop vite!
Répondre
Q
Merci pour ce souvenir, Carole, c'est toujours très émouvant de te lire.
Répondre
L
Un souvenir, déjà! Eh! oui, il suffit d'une minute...mais il restera peut-être, pur et indélébile, jusqu'au bout de la vie...
Répondre
R
J'étais persuadé avoir déjà vu cette photo "hors des sentiers battus" !
Et surtout, persuadé de reconnaître "votre patte", Carole !

J'ai lu les commentaires sur cette page et me suis en effet retrouvé un an en arrière, déjà admiratif.

Excellente idée que cette remise en mémoire...
Répondre
C
Remise en mémoire... d'un souvenir ! Cela s'imposait...
C
Carole en Orphée pour la magie d'un texte.
Répondre
M
Une facette du Mont peu connue... et fait douter.
Suis-je dans le rêve ou la réalité ?
J'aime beaucoup cette photo.
Répondre
D
Tu as bien fait de te retourner. Tu as vu autre chose qu'en étant à l'intérieur et cela te permets de nous donner un beau texte.
Répondre
A
Quelle magnifique photo ! Oui, qui évoque bien l'impermanence de ce que nous croyons "expérimenter".
Répondre
J
Vu d'un autre angle le Mont St Michel... et ces arbres que le vent a travaillé, merci Carole...
Répondre
S
Bonsoir Carole,
Quand l'image se fait poésie, c'est qu'elle incarne rêve ou souvenir au-delà de son apparence. Cette photo est magnifique puisque selon ma perception, elle filtre avec douceur, une douleur, celle du temps qui ne revient plus. A bientôt. Suzâme
Répondre
A
Ma mère souhaitais que je l'y emmène, je ne l'ai jamais fait. Je continuerai à en rêver sur ta photo souvenir qui s'y prête on ne peut mieux.
Répondre
G
tant de fois vu Le Mont Saint Michel , comme çà jamais , bravo Carole, c'est une réussite .
Répondre
L
Ce souvenir a tremblé en moi, tant je l'a vu, tant tu nous l'as restitué, chère Carole! Passer de la lumière à l'ombre, n'est-ce pas notre sort à tous! Il ne faut pas se retourner , mais que ferions-nous, sans le souvenir,
Lorraine
Répondre
F
un dernier au-revoir de se retourner
Répondre
M
L'instant qui n'est plus appartient certes au passé mais continue à vibrer au présent grâce au souvenir. Tu le dis, tu le montres admirablement.
Répondre
D
Très beau. Et penser que peut-être dans quelques dizaines de milliers d'années, les arbres seront encore la, eux...
Répondre
M
Belle et douce photo de cette colline maritime qui semble naître des champs.
Répondre
N
Superbe photo. Comme quoi il faut se retourner!
Répondre
J
Un endroit d'une grande beauté, une île sur la terre. Jonas
Répondre
H
Une reine adulée qui, enfin seule, enveloppe sa nudité d'un voile léger et se couche, tranquille, rafraîchie par quelques éventails géants qui la bercent.

Hélène*
Répondre
M
Inhabituelle vue de ce Mont..
Caché derrière un éventail d'arbres, plus mystérieux encore
Répondre
R
Remarquable prise de vue, en effet !
De la transcendance du quotidien !

Vous avez le don particulier, Carole, de l'écriture certes mais aussi de voir ce que tout un chacun pourrait voir et qu'en réalité ne voit pas.

Vous illustrez toujours magnifiquement la distinction qu'établissait Daniel Arasse entre regarder et voir !
Répondre
C
Merci pour cette référence à Daniel Arasse qui lui redonne un peu de vie.
P
Comme un doigt planté vers le bleu

Souvent les arbres
nous font entrevoir
l'essentiel
Répondre
P
j'adore cette photo ou l'art de réussir à être originale sur un sujet si photographié.. tu lui apportes comme une fragilité.
Répondre
J
Je devine le Mont St Michel... ces arbres qui lui font éventail en été... merci Carole
Répondre