L'oiseau et le jet d'eau

Publié le par Carole

L'oiseau et le jet d'eau
L'oiseau - une petite poule d'eau - s'était posé sous le jet d'eau comme au centre du monde.
Que pouvait-il faire là ? C'était très surprenant, cet oiseau immobile et contemplatif, comme un nénuphar oublié, regardant l'eau monter et descendre dans sa poussière d'arc-en-ciel.
Et si, comme moi-même, il n'avait été occupé qu'à admirer ?
Est-il possible que les animaux aient le sens du beau ? 
Si... si eux aussi savaient admirer, contempler... ? Alors... ne serions-nous pas frères, jumeaux par nos regards ?
Du regard de la poule d'eau au regard d'un humain, s'il n'y avait que le cercle de l'eau, montant et descendant, unissant les semblables ? Si nous étions ensemble comme des gouttes d'eau emportées en miroirs dans le grand flot du monde ?
Nous avons tout misé, nous les humains, sur la ligne droite, sur la règle qui mesure, sur les mots qui cloisonnent, sur le progrès qui va et sur le temps qui passe, et sur les rives qui séparent. Vérités utiles, nettes et implacables. Mais si le monde, sous cette armure rigide, avait encore une autre forme, une autre vérité tranquille, où tout irait en cercle ?
Ainsi, devant l'oiseau méditatif étudiant le jet d'eau, je méditais, confuse et égarée, parmi les ronds brouillés de mes pensées ricochantes.
Mais enfin l'oiseau a repris sa route de banale poule d'eau, sa ronde de prisonnier sur l'étang, et mes pensées hésitantes sont retombées comme gouttes perdues, sous le jet d'eau indifférent à son écume.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Très beau texte qui m'a beaucoup touchée. Mais comme toujours, je ne sais pas commenter ce type de texte. Je me sens bête mais tant pis. Je ne sais que dire qu'il m'a touchée. Pourtant, je devrais être capable de mettre des mots sur ce que je ressens. Mais non...
Répondre
C
C'est ce que je préfère, quand on ne sait pas commenter. En somme, pour moi, ça veut dire que j'ai dit "ce qu'il fallait".
Merci beaucoup, Dalva !
Q
Je crois qu'ils le savent... et qu'il n'y a effectivement pas que des lignes droites. :)
J'aime ces pensées vagabondes, Carole.
Merci pour ce très beau texte.
Répondre
M
Un jour, j'ai vu mon chien rester un long moment face au coucher du soleil. celui-ci se reflétait dans ses yeux. Il n'y avait pas d'oiseaux, de chats, ou autre être vivant dans cette direction là. Juste les belles couleurs du ciel. je me suis demandé, tout comme toi, si cette beauté flamboyante l'émouvait
Répondre
Z
tu n'as peut etre pas tord! Peut etre qu'il revassait..
Répondre
F
les animaux doivent voir ce qui est beau aussi surtout si on les accompagne
Répondre
G
la poule ""d'eau "" est vraiment à sa place
Répondre
F
Une réflexion qui est peut être à approfondir mais très agréable à lire! En ce qui me concerne, je serai plus cartésienne, elle a eu juste le besoin de se rafraîchir, les rayons solaires commencent à nous donner soif!! BISOUS FAN
Répondre
A
Quel beau texte encore, Carole... Cet oiseau "comme un nénuphar oublié", et tes pensées "retombées comme des gouttes perdues"... ! Et quelle belle méditation également, sur cette manie que nous avons de tout cloisonner, comme si l'oiseau, le jet d'eau, le monde étaient différents de nous ; alors que l'oiseau n'est qu'une figure de nous-même que nous nous offrons dans ce beau miroir qui nous environne et qui n'est que l'immense feu d'artifice de notre énergie de vie !
Répondre
N
De bulles en cercles, on suit ta rêverie. Comme toi je me demande ce que contemplent, parfois, les bêtes, dans leur immobilité hiératique. Sur quoi elles méditent...
Répondre
A
La notion du beau n'est sans doute pas la même que la notre, mais à partir du moment où l'on associe le plaisir à la beauté, pourquoi les animaux ne l'auraient-ils pas? Je pourrais te raconter des tas d'anecdotes à propos de chats et de chiens à ce sujet...
J'aime bien tes pensées " ricochantes" devant un bassin d'eau.
Répondre
L
Peut-être la poule d'eau avait chaud tout simplement et se reposait auprès de cette eau jaillissante ?
On ne saura jamais!
Jolie photo en tout cas!
Belle journée
Répondre
A
Le regard humain qui cloisonne , le savoir humain qui énonce ses vérités souvent remises en cause. Si l'homme, comme cet oiseau, apprenait le silence de l'écoute, retrouvait ce savoir intuitif...
Très beau texte.
Répondre
R
Le temps d'une réflexion ... autre ... aussi puissante que le jet d'eau ... aussi pénétrante ...
Une appréhension du monde ...
Répondre
J
Comment savoir le pourquoi du comment chez cette poule d'eau... envie de ce petit plaisir sans doute... une douche... ;-) merci... JB
Répondre