Jour de soldes

Publié le par Carole

Jour de soldes
Le soleil avait beau pailleter ses joues de juin et de lumière, elle paraissait pleurer dans sa cage de verre où tout était à vendre...
Décapités, réduits à leur silhouette, ou désolés d'ennui : n'est-il pas étrange qu'ils soient, tous et toujours, sinistres, les mannequins qui se mirent-meurent dans nos rues, sous leurs vêtements neufs et pimpants ?
Il semble que désormais nous ayons l'achat triste comme vin de piquette, et qu'elle soit devenue bien morose, l'ivresse de consommer. 
Roses à crédit fripées qu'on nous refourgue en soldes.
 
Mannequins tristes et las, vos yeux absents sont les miroirs où se reflètent à l'infini des vitrines, des vitrines, des vitrines, entre lesquelles nous errons, cherchant notre avenir, à tâtons comme au labyrinthe.
Société de consommation, disait-on doctement, vertement, verbeusement.
Et maintenant ? Consommation des sociétés ? Et après, et après ? pourquoi se taisent-ils, ceux qui parlaient si fort autrefois ? Tous ceux qui savaient tout, pourquoi ont-ils cessé de nous dire où aller ?

Publié dans Fables

Commenter cet article

Pascal 04/07/2015 17:40

Peut être que si tu avais acheter le chapeau et la robe elle aurait retrouvé le sourire...

Nounedeb 30/06/2015 16:14

Hors des grandes villes, où je ne vais plus, on peut sourire. Et un visage souriant réjouit ceux qui le croisent, et les font parfois y répondre. Chercher le sourire en soi, et ne pas craindre de l'afficher sur son visage. Malgré tout.

Quichottine 27/06/2015 23:38

Je suis frappée aussi par les nouveaux visages des mannequins...

Tes réflexions rejoignent si souvent les miennes... C'est troublant. :)

michèle 26/06/2015 15:41

Et si l'air indifférent du mannequin synthétique reflétait la décontraction, le détachement élégant(s), très "tendance"?

Richard LEJEUNE 26/06/2015 08:28

Criant de vérité, ce visage. Malheureusement.
Il est catastrophique de croiser des gens dans une ville : tout le monde - ou presque - semble porter le poids du monde sur ses épaules.
Existe-t-il encore des gens qui sourient ?

mansfield 25/06/2015 22:46

C'est vrai ces traditions commerciales font sourire tout autant qu'elles dégoûtent parfois!

Aloysia 25/06/2015 19:44

Ta dernière question est très forte ! Eh oui, en réalité ils ne savaient rien... Ce n'étaient que des robots. Maintenant c'est fini, l'ère des robots s'achève et on ne va plus nulle part...

almanito 25/06/2015 19:11

Ce n'est pas plus mal qu'on ne les entende plus. J'aime autant que ce ne soit pas eux qui me disent où aller...

Carole 25/06/2015 19:16

Oui, moi aussi. C'était ironique bien sûr.

zadddie 24/06/2015 11:57

Les mannequins sont adaptés aux "aspirations...réalités.." des gens...Ici c'est flagrant ( je devrais faire une image de leur morphologie)
Pour le reste, n'est ce pas ce que l'on appelle le romantisme ( tendance melancolique-blasé)?... Les mannequins de chair de sourient pas plus..

michèle 24/06/2015 10:33

Que la photo est jolie et que les mots sont vifs et bien agencés!

Alain 24/06/2015 08:46

Ils ne nous disent plus où aller parce que plus personne ne le sait. Dieu lui même s'interroge... A moins que le Pape, ou un nouveau prophète, ne sachent quelque chose...

jill bill 24/06/2015 05:08

On jurait à une vraie demoiselle... si bien fait ce mannequin ! Eh oui une vie à poser en vitrine pas un sort enviable, mais ainsi vont leur jours, pour nous appâter, merci Carole...