Epitaphe

Publié le par Carole

Epitaphe
Et ce matin...
devant l'arrêt du bus, lui ou un autre, son frère ou lui...
troussé retroussé détroussé par la mort...
lui ou son frère, un autre ou lui, en peau de lapin sur le bord de la route, et pour seule épitaphe un rayon de soleil attristé...
il m'a fallu le reconnaître comme on reconnaît à la morgue un proche assassiné.
 
Les hérissons traversent les routes, la nuit, à pas de hérissons, tandis que sur ces routes les humains se ruent au galop des moteurs.
C'est ainsi.
Il paraît que les hérissons ont tort d'aller au rythme de la terre, qui est celui du pas hésitant des bêtes, et de la nuit venant après la lumière.
Puisqu'ils en meurent.
Et que les humains ont raison d'aller au rythme de leur seul désir.
Puisqu'ils n'en meurent pas encore.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Richard LEJEUNE 15/06/2015 09:30

"On n'en meurt pas mais cela vous tue", comme chantait Serge Reggiani ...

eva 12/06/2015 23:47

Si-si Carole, les humains aussi meurent ! ceux qui vont au rythme effréné de leurs désirs, et les autres, ceux qui vont lentement...
Un très joli texte, au demeurant, un texte plein de poésie, de tendresse et de tristesse aussi...

Aloysia 11/06/2015 22:33

Ton second paragraphe est sublime.... Bravo encore, Carole.

Aloysia 11/06/2015 22:33

Ton second paragraphe est sublime.... Bravo encore, Carole.

FAN 11/06/2015 18:10

Saloperie de voiture!!! Voilà, je suis en colère!! c'est horrible de voir un animal écrasé par un véhicule!!partout dans le monde, il y a des animaux orphelins à cause de l'humain qui veut toujours aller vite et ce pauvre hérisson n'a que ces petites pattes pour traverser la route!!Grr.. BISOUS FAN

Lorraine 11/06/2015 17:31

Lui, dont tu disais si bien le petit oeil terrorisé, lui que tu as reconnu, même si c'est "un autre" ,l'innocence broyée sur la route des humains! Ce soir ne sera pas tout à fait le même pour toi, Carole. tu portes un petit deuil de hérisson. Sans importance! diront certains. Laisse-les dire...

Lorraine

livia 11/06/2015 14:14

Les humains en meurt aussi et souvent, d'aller au rythme de leurs moteurs, en écrasant lapine et hérissons imprudents...mais la vitesse grise, et personne ne veut s'arrêter, pensez! ce n'est qu'une bête!

Nounedeb 11/06/2015 13:45

Ils en meurent; mais sont toujours plus nombreux, et qui aiment bien peu leurs frères, humains ou bêtes.
Un hommage émouvant à ces discrets compagnons.

flipperine 11/06/2015 09:29

c'est tjs bien dommage de voir une bête écrasée

Quichottine 11/06/2015 09:10

Ils en meurent aussi... et ne veulent pourtant pas s'assagir, comme si le fait de se mettre au volant donnait tous les droits.
Je suis triste chaque fois que je vois un hérisson écrasé sur la route... ou tout autre animal d'ailleurs.
Pourquoi ne pouvons-nous plus "prendre le temps" de vivre ?
Passe une douce journée Carole. Merci pour tout.

almanito 11/06/2015 07:51

Souhaitons que les hommes un jour reprennent le chemin et le rythme du sage hérisson...En attendant il faudrait leur construire des passages souterrains, comme on le fait à certains endroits pour les grenouilles.

mansfield 11/06/2015 07:36

Il en est de même pour les crabes qui traversent les routes le long des plages et ça crisse sous les roues! Instinct, destin?

jill bill 11/06/2015 04:29

Plat comme une limande, la malchance d'un soir.... et à dieu va ! Il en est de même parfois pour les hommes fauchés par d'autres hommes... ivres ou non !