L'oeuf brisé

Publié le par Carole

L'oeuf brisé
Il gisait sur le sol. 
Tombé du nid ou jeté sous son arbre par un coucou du bois, il ne verrait jamais le ciel.
De son désir de vivre ne restait que le bec entrouvert - béjaune de merle noir sous sa peau de caillou - , et ce fin duvet gris qu'on distinguait très doux aux fentes bleues de la coquille.
Il s'en irait nourrir les petits du corbeau, ou bien l'éplucheraient de leurs pinces rapides les nécrophores pansus.
Cent coquilles brisées pour un seul oisillon jeté vers l'avenir, une vie sacrifiée rassasiant le jardin : c'est la Loi, c'est ainsi, et le total est toujours bon pour ce comptable fou qu'on appelle Nature.
Mais nous, mais nous humains, qui ne voulons pas de la Loi, nous qui devons, pour être humains, obstinément dire non.
 

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
sa me fait mal au cœur .
Répondre
L
Pauvre petite oiseau la vie ne lui a pas fait de cadeau c triste .Bon soirée louloullou
Répondre
J
La loi de la nature nous semble dure et pourtant, elle détient quelque chose de l'ordre de l'équilibre. L'humain souvent, joue à l'apprenti sorcier et se croit supérieur, mais a-t-il toujours raison ? Amitiés; Joëlle
Répondre
G
Une vie qui n'aura pas duré longtemps
Répondre
Q
Dire non... mais pas à n'importe quel prix.
Peut-être faut-il mieux tenir compte de ce que fait la nature... je ne sais pas.
Mais protégeons-là.
Répondre
Z
Cette opposition entre "la Nature" et l"Homme" me pose toujours problème..
Répondre
C
C'est plus qu'un problème, c'est LE problème. Comment être humain, si l'on suit les lois de la nature ? Comment survivre, si on les ignore ?
D
Même en peu de lignes, peu de mots, vous arrivez encore à me donner à penser. Merci.. Ps, je me suis permis de mettre un lien sur ma page facebook
Répondre
C
Merci, c'est vraiment gentil.
S
S'affranchir de la Loi est un avantage des nantis, la sélection n'est pas si naturelle que cela chez les humains.
Un beau texte sur les aléas de la nature.
Répondre
N
On dirait que nous voulons nous affranchir des lois de la nature, pour mieux nous tuer nous-mêmes...
Répondre
F
que c'est dommage de voir un oiseau déjà formé prêt à sortir et tombé du nid
Répondre
R
Voici une semaine que je me suis organisé pour interdire l'accès de notre boîte aux lettres à quiconque : un nid et deux petits oeufs blancs sont à l'intérieur ...
J'attends, moi aussi, un heureux événement ...
Répondre
C
Alors faites très attention : vous avez vu la photo... Bonne chance à vos petits oiseaux.
H
Toujours triste un oeuf brisé...Une vie qui n'aboutit pas. J'ai sauvé bien des oiseaux avec à peine quelques plumes...un miracle. Les orages, les grands vents font choir les oeufs, les fragiles oisillons...Ainsi est la Nature.
Répondre
M
Brrr ! Elle est terrible, cette fable de l'oiseau mort-né. Pas perdu pour tout le monde, mais bien, quelques jours (quelques heures ?) pour ses parents oiseaux et pour nous pauvres humains qui ne pouvons nous résoudre à la mort parce que nous savons la nôtre, plus ou moins proche, mais inéluctable. Contrer la nature ou l'accepter, dans toute sa "cruauté" ? That's the question.
Répondre
A
C'est une trouvaille, que cet oeuf brisé avec un bec qui sort... On se demande comment il a pu tomber au moment de l'ouverture... mais nous, humains, ne pouvons dire non à la Nature ! La Loi nous dépasse, quel que soit notre orgueil imbécile.
Répondre
A
La limite est délicate entre ce que nous devons accepter de la loi de la nature et ce que nous devons refuser, pour ne pas devenir des apprentis sorciers...
C'est sans doute ce qui nous différencie le plus des animaux.
Répondre
C
Oui, nous sommes certainement en train de rencontrer une limite avec les problèmes que pose aujourd'hui l'environnement. Mais dire non aux lois terribles de la nature qui ignore bien et mal, lutter contre la souffrance et la mort, et par exemple sauver "l'oisillon" plus faible que ses "prédateurs" (on peut traduire en termes humains), pour moi, pas de doute, c'est le propre de l'homme.
J
Il était à son terme, dommage... eh oui le malheur des uns fait le bonheur des autres....
Répondre