Sur le seuil

Publié le par Carole

Sur le seuil
Hier soir, en fermant les volets, j'ai découvert sur le seuil un hérisson terrifié.
Stupéfait de m'avoir vue surgir dans la lumière comme venue d'un autre monde, il s'était blotti dans sa peur comme au creux d'un tas d'aiguilles. Son souffle effaré soulevait ses épines tremblantes, tout comme un coeur d'humain aurait battu la chamade.
Je l'ai imaginé, l'instant d'avant, courant furetant dans la nuit, vivant sa libre vie de hérisson dans le jardin rempli d'ombres et de froissements furtifs, en compagnie de la hulotte. Tandis que moi je me tenais à l'abri sous la lampe, dans la chaleur bien close de la maison.
Entre sa nuit et ma lumière, il n'y avait qu'une mince cloison. J'avais ouvert la porte.
 
Presque rien ne sépare l'existence des humains de celle des animaux sauvages.
Nous sommes comme eux faits de chair, nous souffrons comme eux de la peur, comme eux nous repoussons la mort par de pauvres moyens.
Mais nous avons posé partout des cloisons, et refermé les portes. Ils restent à l'extérieur, forcément étrangers : c'est à ce prix que nous sommes humains.
 
Parfois, pourtant, sur le seuil, nous rencontrons un petit hérisson, égaré, terrifié, et nous sommes surpris, et nous sommes émus de le trouver si proche, et si semblable à nous sous son manteau d'épines.

Publié dans Fables

Commenter cet article

Anne-Marie 17/04/2015 17:36

Comme ton hérisson, je me blottis dans ma peur et je sors mes épines qui n'effraient personne...

zadddie 17/04/2015 15:35

Attendrie moi aussi!

Jonas D. 17/04/2015 10:49

Tant de douceur sous tant de défenses. Le propre de nombre d'entre nous. Jonas

eva 17/04/2015 10:38

J'adore cette photo aux teintes de miel...
Tout ce que tu dis exprime bien ma nostalgie du temps où j'étais directement en contact avec ce monde-là, presque silencieux et si vivant...

Cristophe 16/04/2015 20:09

Heureusement, les araignées, les souris, les rats... n'ont pas besoin qu'on leur ouvre la porte. d:-)

Carole 16/04/2015 22:39

Oui !

Gérard 15/04/2015 23:49

Il m'est arrivé la même découverte un soir dans un petit buisson du jardin

Nounedeb 15/04/2015 17:20

Tu le dis bien. C'est un moment d'émotion, de se sentir si proche, parfois, d'un animal.

mansfield 15/04/2015 13:44

Tout mignon, tout rond et faussement menaçant, un compagnon de vie à ne pas avoir dans son porte monnaie!

FAN 15/04/2015 11:57

Pauvre petit qui tente de se défendre en montrant des petites épines !!Hélas, contre le prédateur immonde qu'est l'être humain lorsqu'il ne fait pas parler son coeur, toute défense est inutile!!Mais il a arrêté son chemin devant la porte d'un ange et ne le savait pas encore!! BISOUS FAN

Aloysia 15/04/2015 09:43

Notre image, oui, exactement...

flipperine 15/04/2015 09:19

une jolie découverte mais il faut le remettre dans le jardin et le hérisson un animal protégé

Alain 15/04/2015 08:22

Nous avons oublié que nous sommes des animaux à part entière, tout aussi fragiles, et que nos ancêtres se réfugiaient dans des grottes pour se protéger d’autres animaux comme eux. Sommes-nous vraiment supérieurs comme nous le pensons ?

Carole 15/04/2015 22:07

Très très peu de gènes différents : nous ne pouvons pas vraiment nous considérer comme supérieurs, et il nous reste beaucoup à apprendre d'eux.
Je voulais commenter sur votre blog, mais il semble qu'il y ait un "bug". Je repasserai.

almanito 15/04/2015 07:06

Quelle jolie rencontre!
C'est vrai qu'ils sont comme nous, aussi vulnérables devant la vie et c'est une très bonne chose qu'enfin on reconnaisse que les animaux, comme nous, sont sensibles à la souffrance. Un grand progrès qui révisera peut-être, à long terme, le comportement des humains vis à vis de ces animaux qui leur ressemblent et si utiles à l'écosystème.

MD (Louv') 15/04/2015 06:52

Nous fermons nos portes pour nous protéger et lui se met en boule pour la même raison. Oui, nous nous ressemblons beaucoup. Et pourtant, il suffit d'ouvrir un peu et de se laisser émouvoir...

Martine 15/04/2015 05:47

Bonjour Carole,


Cela fait très longtemps que je n'ai plus vu de hérissons dans mon jardin. Depuis que tous les espaces autour ont été recouverts de maisons, la vie sauvage est repoussée de plus en plus loin. Le dernier, avait vadrouillé furetant, faisant crisser les feuilles et herbes sèches à la recherche de nourriture. c'était un soir de 14 juillet, après le feu d’artifice admiré depuis chez nous. Quel raffut à lui tout seul! :) Quelle surprise de le voir surgir tout à coup dans un rayon de lune. :)

Passe une bonne journée

;)
Merci Carole pour ce joli partage

jill bill 15/04/2015 01:39

Bonsoir Carole... en effet, ses pas l'on conduit là où il ne pensait pas te trouver... Eh oui nous côtoyons la vie sauvage animale tout comme celle de la flore... pas que du domestique, ;-) merci...