La colombe

Publié le par Carole

La colombe
Il y a des photos, comme ça, qu'on prend pour rien ˗ ou peut-être pour eux. Oui, qu'on prend pour eux, au passage - pour eux que l'on ne connaît pas, pour eux qui ne le savent pas. Simplement pour qu'elles restent posées en lieu sûr, la trace de l'humble sourire, la lumière bleue d'un après-midi de printemps, la douceur d'être deux dans le jour finissant, la blancheur fugitive de l'aile de la colombe.
Pour qu'il existe encore, quelque part, au lendemain de solitude, de fatigue et de pluie, ce petit brin de quelque chose qu'ils auraient pu appeler le bonheur.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Si joli....
Répondre
C
Merci, Anne-Marie ! C'est toujours un bonheur pour moi de te "voir" ici.
G
Un instant d'éternité, oui, c'est exactement ça et tu as su le saisir
Répondre
C
Merci, Gazou.
G
Que de tendresse...
Répondre
C
C'est un instant d'éternité, tu as su saisir ce petit moment magique où tout est sourire et harmonie. Bravo et merci :-)
Répondre
K
Bonjour
J'arrive de chez Quichottine
Cette scène de vie est émouvante
Répondre
M
Quichottine m'envoie ici. Cette photo n'est pas prise pour rien, bien au contraire, puisque le bonheur était au bout de l'objectif. Merci.
Répondre
Z
et cela fait du bien!
Répondre
N
Moment de bonheur que peu connaisse
magnifique.
Répondre
M
Comme certaines vaches regardaient passer les trains, du temps où le train voulait bien se laisser regarder, la colombe vient voir le bonheur des années passés, assis sur ce banc.
Et ces ans, sourient à la colombe, lui donnant un nouveau souffle de vie, pour, qui sait, qu'elle vole vers des contrés où le bruit des canons et les cris des corps ne font qu'un. Que la blancheur de son plumage puisse raviver les couleurs assombries dans le cœur noir des hommes qui ne pensent connaitre que la haine, alors que tapis au fond de leur âme, la paix et l'amour sont là prêts à éclore à nouveau.
C'est loin d'être une photo prise pour rien, elle existe pour tout ce que tu décris chère Carole, et elle est un instant d'humanité bourré de symboles, l'âge avancé de la sagesse, la canne qui dit "je vais t'aider à aller encore plus loin", le vieux sac qui dit "je suis fatigué", le banc qui dit "je m'souviens des amoureux qui se bécotaient sur moi", l'ombre des arbres qui nous rappelle que le soleil va se coucher, le vert de la pelouse qui dit bonjour au printemps et .... enfin la colombe, qui demande humblement qu'on l'envoie là où l'humain vénère Caïn et oublie Abel.
Répondre
C
Merci, Mr Yoyo, pour ce très beau et très juste commentaire !
C
On aimerait bien connaitre et partager un tel moment ..
Merci
Répondre
J
J'aime cet usage du mot rien, qui signifie beaucoup et tant
Répondre
J
Touchant, bourré de symboles, notamment le regard que porte peut-être la paix que l'on rêve sur le temps qui passe et sur le partage qui ne parvient pas à effacer la barbarie. Bien vu Carole ! Jonas
Répondre
Q
Bonjour Carole,
Je t'ai emprunté ton image... mais si tu veux, je l'ôterai.
Merci pour l'émotion ressentie.
http://quichottine.fr/2015/04/la-colombe-de-carole.html
Répondre
M
Lla vie est faite de petits bonheurs tels que cet instant préservé dans ton apn. On croirait qu'il y a un dialogue entre le pigeon et ce couple. C’est très joli
Merci Carole
;)
Répondre
F
comme elle est belle cette colombe et elle semble dire tu vas m'en donner du pain ou des graines
Répondre
G
Non pas pris pour rien c'est attendrissant
Répondre
A
Plus on vieillit, plus on est apte à trouver le bonheur partout et dans n'importe quoi... Cependant il y en a qui s'aigrissent il est vrai...
Répondre
R
Retrouvez-les, Carole, un autre jour d'une autre semaine, probablement sur le même banc ou un autre, tout proche.
Offrez-leur votre photo.

Votre sourire et ce document : ce sera plus que très probablement pour eux un nouveau petit bonheur ...
Répondre
C
Pourquoi pas ? La ville est grande, et ils m'ont paru plus que fragiles, mais on ne sait jamais.
F
La vieillesse ennemie nous rend si humble parfois qu'un simple oiseau peut faire chavirer le coeur et toute la tendresse que l'on peut encore donner!!! très belle photo BISOUS FAN
Répondre
M
Pouvoir encore se réjouir de la douceur de l'instant à l'ombre d'un soleil printanier, c'est ainsi que je souhaite à chacun de vieillir.
Répondre
Q
Sans doute l'ont-ils appelé ainsi... au fond de leur coeur.
C'est très beau, Carole.
Un moment hors du temps sous le soleil.
Répondre
A
Il y a toute la tendresse du monde dans cette photo très émouvante. La spontanéité et la simplicité de la composition me font penser à Doisneau qui savait si bien capter ces instants de vies évidents pour les rendre magiques.
Répondre
N
Pourquoi auraient? Il me semble que tu as bien saisi un instant de bonheur, de ces bonheurs que peuvent nous offrir les bêtes lorsqu'elles nous acceptent comme leurs égaux.
Répondre
O
"Oh" dit l'oiseau.."Vous en mangez aussi des graines..vous ? "....
Répondre
H
Communion entre ces regards, humains et oiseau, un lien invisible saluant la similitude d'être dans la vie, en même temps.
Hélène*
Répondre
J
Mais oui Carole, une superbe photo, même si la colombe passe près d'eux non désintéressée... Une halte au banc avec le retour d'un soleil leur fait du bien, ils sourient ces deux-là... la vie qui va encore, mais demain qui sait....
Répondre