Les murs

Publié le par Carole

Les murs
Au "pocheur" inconnu qui transforme en décor le ciment de la ville, et fait de nos trajets de lents chemins de ronde. A l'artiste modeste qui pose sur nos murs comme sur des cimaises ses grands cartons pensifs, peints à l'encre des nuits pour les petits du rêve.
 
 
Tant de mystères grandissent dans ce qu'on croit bâtir
Et tant de nids éclosent de tout ce qu'on détruit.
 
Les lents chemins qui mènent vers la vie qui s'éveille
Naissent aux terriers profonds des ombres qui sommeillent.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le poète aimera toujours les jeu de piste !
Répondre
F
les murs doivent être solides pour les fondations
Répondre
Q
C'est magique...
Ta façon de nous dire est tout ce que j'aime.
Merci, Carole.
Passe une douce journée.
Répondre
C
Magie première de l'art modeste du "pocheur". Merci, Quichottine.
M
Il faut donc voir les choses à l'intérieur des choses, être curieux ,déjouer les apparences....
Répondre
A
L'appel de l'indicible, de ce qui n'est perçu que de l'intérieur, tu le ressens et sais l'évoquer... J'aime beaucoup ce poème, Carole.
Répondre
L
Et tant de puissante vérité dans tes mots, chère Carole, toi qui vois par les yeux et le coeur, ce que tu regardes, ce que tu éprouves, ce que tu nous offres.
Heureux dimanche,
Lorraine
Répondre
A
Ils veillent sur nos cités pour nous rappeler que le monde ne fut jamais construit que de rêves au départ...
Répondre
M
J'aime ce trait d'humour de l'artiste inconnu... Cela humanise un peu ce sacré béton!
Merci Carole pour tes jolis mots posés sur ce mur
;)
Répondre
J
Ce faux trou dans le mur c'est bien vu si je puis dire ainsi.... ;-)
Répondre