A quai

Publié le par Carole

A quai
Un quai désert et sombre. Sur l'unique banc de fer, une femme s'assied. Agée, usée, pauvres savates aux pieds, manteau gris pauvreté sur ses épaules maigres. L'air dur, hostile. Elle mâche on ne sait quoi comme on mâcherait un mauvais coup.
J'attends la suite.
Voilà, il entre en scène en boitillant, il la suivait. Encore plus vieux, encore plus gris, encore plus pauvre, pitoyable et voûté, il s'approche lentement de la femme. Il lui demande quelque chose à l'oreille, et, comme il murmure à la façon des sourds et des acteurs, j'entends nettement que c'est "un peu d'argent".
Elle jubile.
— Non ! T'as qu'à travailler.
L'homme s'éloigne, tête basse, l'air honteux, résigné. Elle a cessé de remâcher, et crache maintenant son sourire de triomphe. Puis, quand le train s'arrête pour la prendre, elle grimpe alertement, rajeunie de mépris. Lui reste tout là-bas, au bout du quai, de plus en plus fatigué et voûté, à regarder de loin. 
 
Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu l'impression qu'ils se connaissaient bien, ces deux-là. Que sans doute ils l'avaient souvent jouée, cette scène étrange, grotesque et brutale comme une bribe de Beckett. Un sketch écrit d'avance par l'éternelle humanité, où elle aurait été le maître et lui l'esclave. Deux rôles d'ailleurs parfaitement interchangeables. Aussi misérables l'un que l'autre, évidemment.

Publié dans Fables

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
J'ai cru que c'était un vieux couple... C'en est un, en quelque sorte...
Répondre
C
Le rhinocéros est sur le mur, mais ces deux-là, hélas, ont déjà "capitulé" ! Ionesco aussi eût aimé ce texte !
Répondre
F
une drôle de vie tout de même
Répondre
M
Tranches de vies, tranches de nos vies, ne sommes-nous pas nous aussi parfois méprisants, misérable, condescendants? Ca se voit moins bien sûr...
Répondre
L
Comme il est douloureux ton billet, chère Carole! Et juste.C'est cette vérité criante dite avec tes mots qui me bouleverse. La pauvreté, la mendicité, m'ont toujours fait mal, quelque chose en moi crie "Non". Crie: "Pourquoi?". Jeunes ou vieux, ils sont là, assis sur le sol, Leur sébile discrète tend la main. J'y pose discrètement une pièce et un sourire. Et je m'éloigne, triste et ne sachant que faire.
Lorraine
Répondre
N
Beau texte, merci pour ce partage.
Bon mardi.
Répondre
C
Merci Nanyfran !
H
Comme toujours j'éprouve du plaisir à lire tes textes - bon courage
Répondre
C
Merci Hamza. Je m'habitue peu à peu.
D
Très bon, comme toujours. Gros plaisir de vous lire. Mais je reste dubitatif.. Est-ce bien dans "fables" que ça va, ce texte là?
Répondre
C
Oui, bonne question. Qui vaut aussi pour d'autres articles. Il va falloir que je fabrique une nouvelle "catégorie". Mais avec le nouveau fonctionnement d'overblog, je vais encore devoir m'initier...
Z
là j'ai parfaitement visionné cette petite histoire courte....Un bijou de court métrage que tu nous a écrit là...
Répondre
C
J'aime bien ton idée de court-métrage. J'avais pensé à une scène de théâtre. Du Beckett, passé au noir de la vie réelle.
A
Remarquable, en effet, cette disposition du décor et des personnages comme une scène de théâtre ; et ton rhino au pochoir est réellement une trouvaille ! Encore un très beau texte, Carole.
Répondre
C
Le rhino a été pris dans un autre contexte. Mais je l'aimais bien comme symbole d'une violence latente. Merci Aloysia.
A
Bien sûr, la haine et le mépris existent dans toutes les couches de la société, pourquoi l'extrême misère serait-elle "compensée" en quelque sorte par une force d'âme exemplaire faite d'amour et de solidarité?
Répondre
C
Non, pas du tout, en effet. Et comme les masques tombent, l'hypocrisie n'étant plus nécessaire, c'est souvent encore plus dur.
A
Jubilerait-on de trouver sur sa route plus malheureux, plus pauvre, plus malade que soi? Le "bonheur" serait-il fait, autrement dit, d'une somme des malheurs qu'on n'a pas?
Répondre
C
Parfois. Mais je ne veux pas généraliser. Il y a bien des façons d'être humain. Et de meilleures aussi, même dans les "bas-fonds" (comme aurait dit Gorki, qui aurait pu aussi être une référence ici).
C
Elle allait le revoir le lendemain sur le même quai, et exceptionnellement le soir-même, devant le théâtre où elle allait voir un spectacle d'après Victor Hugo, Les Misérables.
Répondre
C
Un spectacle qui se donne assez souvent dans nos rues, en fait.
Q
Ils me font toujours de la peine...
Peut-être parce que demain est toujours incertain et que j'ignore ce que je serai à ce moment-là.
Passe une douce journée Carole.
Répondre
C
De la peine, aussi, oui.
R
"Rôles interchangeables" et "misérables" : tout est dit !
Malheureusement ...
Répondre
C
Eternellement ? Mais je suis sans doute du genre pessimiste...
J
Bonsoir Carole, à mon avis quelques sous pour aller picoler.... et la dame dans son marre de lui reste impassible... dans la vie on ne croise pas que la beauté, il y a aussi de la laideur, de pauvres vies, merci...
Répondre
C
Des rapports de pouvoir et de haine très brutaux, même chez ceux qu'on voudrait plaindre. Le pauvre petit théâtre de l'humanité, avec ses mauvais rôles.